Un article de plus sur ce festival, mais comment ne pas en parler ?!

La première édition du Weather avait eu des problèmes d’organisation, ils ont été plus que corrigés cette fois-ci. Pas d’attente devant, ni aux bars, ni aux vestiaires. On ne manquait ni d’air ni d’eau. Chacun des 3 jours se déroulait en partie en open air. La météo s’y prêtait d’ailleurs plutôt bien, malgré quelques averses que les DJ nous ont fait oublier. Les éclairs le samedi soir faisaient d’ailleurs un beau décor.

[divider]On a passé la frontière ?[/divider]

En arrivant au Bourget le samedi (avec la RATP mais y avait aussi des navettes exprès), j’ai tout de suite pensé à Time Warp en Allemagne. Le lieu avait clairement des airs de Maimarkt. Niveau organisation, quelques ressemblances également (l’entrée, les casiers…). C’était fluide aux barrières vers 20h et j’ai entendu dire qu’il n’y avait pas d’attente ni plus tôt ni plus tard.

Direction le grand hall avec les 2 scènes indoor, dont l’immense scène autonome. Très techno, voire hard tech pour la scène hiver. Je garde ça pour plus tard et m’en vais profiter du soleil dehors…

[divider]Un open air géant[/divider]

Deux scènes extérieures, printemps (la grande) et été (la petite), ainsi que le Camion Bazar, le petit + qui fait plaisir. Air Force One a d’ailleurs pu profiter du son en décollant le lendemain matin et le public tout à côté leur a souhaité bon vol (vidéo à regarder sur facebook et même dans le zap de Spion!). Plusieurs espaces chill dont un sous tente transparente, bonne idée en cas de pluie. Chaises longues et matelas posés sur palettes (ça faisait penser aux BP). De bons food trucks. Et c’était également à l’extérieur que se trouvaient les vestiaires, qui étaient, pour une fois et on espère que ça inspirera d’autres orga, des casiers ! parce que c’est quand même plus pratique : t’as ta clef, t’y retournes quand tu veux, et si tout le monde part en même temps t’attends pas plus !

[divider]Dehors, dedans. Dedans, dehors[/divider]

Après le coucher du soleil avec Ricardo Villalobos, retour à l’intérieur pour Ben Klock. Ca envoyait et le show light suivait. De quoi vous faire voyager. Mais les scènes outdoor n’ont pas été délaissées dans la nuit. Il faut dire que le live de Ben Vedren était juste génial.

Levé du jour avec Seth Troxler qui nous a fait oublier les quelques gouttes qui tombaient. Rafraichissant juste avant Derrick May qui nous a tellement ambiancés qu’à 10h et quelques quand ce fût la fin tout le monde s’est regardé en se disant « déjà ?! ». Pourtant certains étaient là depuis midi la veille. Belle performance, mais c’était facile les gars, il y avait de quoi faire sa petite vie : aller d’une scène à l’autre, dehors dedans, se poser, discuter, manger, se faire maquiller au stand Technopol, faire des batailles d’eau (oui il y a forcément des gens qui ont eu l’idée avec la chaleur), se balader en regardant l’US Air Force d’un côté, Ariane de l’autre… Il y a même quelqu’un qui s’est fait une petite session escalade (photo à retrouver aussi sur facebook)…

Je tiens à dire que tant le public que les bénévoles (aux magnifiques t-shirts oranges!) étaient là pour kiffer le son avec tout le monde, en mode good vibes =)

D’ailleurs, des vidéos, photos et tracks continuent de tourner sur la page du Weather 2014 et sur un groupe créé indépendamment ensuite : Weather Festival Music.

[divider]Des KWatts en veux-tu en voilà[/divider]

Il y avait de quoi inonder le hall et le tarmac de son. On pouvait donc profiter du set d’Onur Ozer en prenant son petit-déj’ plus loin, ne manquait que le café ! « Tant pis je tremperai mon sandwich dans du Redbull. »

A l’intérieur, quelques résonances par moment sûrement dues à la structure en métal du hall mais ça ne s’entendait pas plus que ça. Les scènes étaient installées de façon à ce qu’on n’entende pas le son de l’une depuis l’autre.

[divider]Opening et closing pas indispensables[/divider]

Je n’ai pas été à l’Institut du monde arabe le premier jour, mais plusieurs amis m’ont dit avoir été déçus. L’endroit était intéressant mais le format 18h-minuit pas très emballant. Il fallait sans doute y voir plutôt un concert.

La closing se déroulait le lundi sur l’île Séguin, l’occasion de voir l’endroit, mais il vaut peut-être mieux attendre la fin des travaux pour y retourner… Encore une fois les horaires étaient particulières : fin à 22h, mais pour profiter du jour férié au soleil pourquoi pas. D’ailleurs, pas d’alcools forts au bar. Niveau son : 3 scènes bien différentes. Par contre il y avait beaucoup moins de place et on entendait le son de l’une depuis l’autre, désagréable. Après le Bourget, cette journée paraissait un peu fade et du coup un peu chère.

[divider]C’est quand l’édition 2015 ?[/divider]

En conclusion, c’était vraiment bien. Les early tickets de l’édition 2015 devraient partir très très vite !

Quelques idées pour améliorer encore cet événement : plus d’espaces chill, des ecocup (pour une touche éco-friendly et parce qu’on aime en garder en souvenir) et tant qu’à faire des prix plus friendly aussi au bar ; enfin si possible de la déco en dehors des scènes (joliment décorées soit dit en passant) pour être un peu plus immerger, mais je vous l’accorde, pas évident dans un espace aussi grand que le Bourget, et le fait d’être dans un aéroport c’est en soi déjà un décor.

En tout cas, merci à l’équipe du Weather !

*

Sélection de photos de l’événement dans l’article et ci-dessous : images principalement de Jacob Khrist, photographe officiel, et Pierrot Photos. Merci pour ces souvenirs !