On va pas se mentir, la capitale est plus que jamais envahie de festivals qui se ressemblent, aussi bien par leur concept que par leur programmation. Samedi dernier, l’opening de l’Open Space Festival (organisé par Minimal Trip) a mis la barre très haute : un festival créatif et original, une programmation audacieuse et pointue, le tout dans une ambiance cool et décontractée.

Open-space-festival-1

BEFORE AU SEC EN FAMILLE

En before, les artistes de Minimal Trip et Bass y Bouzouk ont enflammé le bateau jusqu’à minuit. Alors que le déluge frappait la terrasse du petit bain, aménagée pour l’occasion en véritable espace détente avec parasols et poufs géants, on pouvait s’attendre à un échec total. Mais l’équipe de Minimal trip n’avait pas dit son dernier mot : après avoir délocalisé la terrasse dans le resto, les artistes du label ont envoyé du lourd son à l’intérieur, avec grâce et volupté.

Pop up store (Alphabetical), petite expo photo pour les curieux (LightGate Art), hot dog latinos pour les affamés (La cantina de gloria), Nintendo 64 et Game boy pour les nostalgiques : tous les ingrédients d’un début de soirée détente étaient réunis.

Dès 18h, le duo explosif de Bass y Bouzouk a envoyé le meilleur de la house, histoire de faire monter l’adrénaline avant de lâcher les taureaux dans l’arène. Au programme : Abstraxion, Chistian Loffler et Nhar, soit trois grosses pointures de la scène électro internationale.

Open-space-festival-2

OPENING DE l’OPEN SPACE FESTIVAL : UNE SOIREE ELECTRIQUE

Minuit : les portes du club s’ouvrent. En quelques instants, un parterre de parisiens en émoi remplit déjà le sous sol du petit bain, prêts à assister à une succession de live ultra pointus. Eclairages hypnotiques, Vjing graphique, le Petit Bain prend des airs de lieux de culte.

Viken Arman ouvre le bal. Le charme opère en grande partie grâce à son univers mélodique pénétrant et unique, sa rythmique précise et ses nuances jazzy. Abstraxion nous a ensuite offert un live d’exception, une musique techno lunaire et cérébrale qui nous a tous envoutés. Il fait un peu chaud, heureusement, on peut aller s’en griller une sur la terrasse où l’ambiance est super cool !

Christian Loffler a fait son entrée sur un son deep house mélodique et planant, tout aussi vibrant que ceux qui l’ont précédé. En véritable virtuose, Nhar a clôturé la soirée devant un public en transe, toujours dans un esprit deep.

Open-space-festival-3

Conclusion : festival original, trois salles ouvertes toutes la nuit, line-up de qualité et ambiance familiale, que demander de plus ?

Rendez-vous le 12 juillet pour la seconde date. Au programme : le collectif Le Panier investira la terrasse en before (cette fois-ci sous un gros soleil) et le club accueillera Robag Wruhme (Pampa Records) et Terranova (Kompakt) à partir de minuit.

Open-space-festival-4

Open-space-festival-5