« Il était une fois » est le nom de la soirée qui a invité tout récemment Simina Grigoriu au Pigallion. Si vous n’y étiez pas vous avez loupé quelque chose ! Alors surveillez ses prochaines dates. Nous avons pu interviewer la DJette avant son set. Elle nous a parlé de musique bien sûr, de ses projets, de ses potes DJ roumains comme Rhadoo, et de la patience qu’il faut avec les gens quand on est DJ et mariée à Paul Kalkbrenner.

L’interview en français ci-dessous et en VO (anglais) un peu plus bas.

« Il était une fois », or Once upon a time, is the name of the party at which Simina Grigoriu played 2 weekends ago, at Pigallion. That’s too bad if you missed it ! Stay tuned for her next gigs. We interviewed the DJ just before her set and she talked about her music, her projects, her Romanian DJ friends like Rhadoo, and how you have to be patient with people when you are a DJ married to Paul Kalkbrenner.

The interview is available in French and in English by scrolling down the page.

Il était une fois

[divider]Interview de Simina Grigoriu (français)[/divider]

Peux-tu te présenter et parler de ta musique ?

Ok. Je m’appelle Simina Grigoriu, DJ de Berlin. Je joue de la techno et travaille actuellement sur beaucoup de nouvelles choses mais je ne suis pas encore sure de ce que je vais faire avec ma musique, ces projets ne sont pas finis donc je ne peux pas trop en parler.

Qu’est-ce qui est important pour toi lorsque tu crées un morceau ou quand tu mixes en clubs ?

 L’émotion. Il y a toujours des sentiments derrière chaque morceau.

J’aimes jouer et faire de la musique pour le dancefloor. J’aimes tous les styles de musique, du rock’n’roll à l’ambient, mais quand je fais de la musique l’important est de faire bouger les fesses sur le dancefloor.

Tu aimes tous les styles de musique, quels artistes en particulier, dans les autres styles que les musiques électroniques ?

Mon groupe préféré est Nirvana. Dans un style totalement différent, j’aime aussi beaucoup Mobb Deep, le groupe hip-hop new-yorkais. J’ai grandi en écoutant ça et j’ai découvert la musique électronique plus tard. J’ai été dans le style jungle pendant longtemps, à partir de 18/19 ans. Ensuite j’ai été à l’univeristé donc je me suis calmée. Je suis devenue DJ après ça, les weekends, car je travaillais aussi en tant que directrice marketing.

Depuis 6 ans que j’ai emménagé à Berlin, je suis juste DJ.

Quel est ton morceau favori en ce moment ?

Oh non, c’est comme me demander mon plat préféré, je ne peux pas répondre, il y en a trop ! Si j’en cite un maintenant, dans 5 minutes je penserai déjà à un autre.

Mais il y a un label que j’aime beaucoup en ce moment : Suara, un bon label. Ceux que j’adore depuis toujours sont Drumcode et Transmat.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/users/25406″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Tu parlais de nourriture et j’ai vu sur ton soundcloud que les noms de tes mix tournent toujours autour des plats sucrés, pourquoi ?

En fait tout est parti d’une blague : un ami se moquait d’Ableton et appelait ça “applesauce” donc un jour j’ai appelé un mix Applesauce juste pour lui. Depuis j’ai continué sur ce thème. Il n’y a pas vraiment de raison mais c’est mieux que des nombres.

Y a-t-il des collaborations que tu voudrais concrétiser ? Avec d’autres DJ, des musiciens ou chanteurs…

Entre producteurs les collaborations peuvent être compliquées si en studio chacun veut faire à sa manière. Parfois c’est impossible.

Mais j’ai toujours aimé travailler avec des chanteurs, parce que je ne peux pas chanter. Tu ne peux pas chanter une musique, il te faut une chanson. Et les voix apportent de la profondeur à un morceau. Il y a des chanteurs avec qui je voudrais travailler, comme Mama -qui est née en France d’ailleurs-, j’espère pouvoir retravailler avec elle.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=Y4DhGDpnRnA?rel=0&w=1280&h=720]

En parlant de la France, tu as joué dans pas mal de villes, lesquelles tu as préférées ?

J’ai bien aimé chacun des endroits où j’ai été, aucun mauvais club. Mais j’adore surtout Paris. Et cet endroit (ndlr : le Pigallion) a l’air incroyable, c’est une référence dans cette ville : tout le monde connait.

Que penses-tu de la scène techno roumaine ? En France, on a entendu parler de Raresh, Praslea et les autres assez récemment, mais ils jouaient depuis plus longtemps ?

Ils font partie des pioniers, au commencement du mouvement.

C’est beaucoup s’avancer, mais je pense que les roumains en général ont une approche de la musique que certains du monde libre n’ont plus depuis longtemps, parce qu’ils ont été soumis à des restrictions durant beaucoup d’années. Et d’un coup arrivent Internet et la possibilité de voyager. J’ai 33 ans et ces DJ ont à peu près le même âge. J’imagine que lorsque le communisme a été abandonné, ces jeunes personnalités avaient tout simplement la possibilité de faire autre chose, ils ont décidé de se concentrer sur leur créativité et ont commencé à créer. Ce pays est rempli d’artistes, de penseurs et de gens créatifs.

Je suis contente de voir que des gens du monde entier viennent voir des gars que je connais depuis 10 ans : je dansais sur les tables au Space (ndlr : probablement celui de Bucarest) quand Rhadoo jouait alors que personne ne le connaissait et maintenant tout le monde le connait ! C’est super, je suis vraiment fière d’eux. Et tout a l’air d’avoir du coeur, il y a de l’émotion, ils aiment sincèrement leur musique.

Le fait que tu sois mariée à Paul Kalkbrenner influence-t-il ta musique et ta carrière ?

Je pense que Paul a une influence sur moi en général, parce que nous sommes mariés et que je l’aime. Sa musique influence tellement de gens, je pense que ça m’influence aussi, parce que je le respecte en tant qu’artiste et en tant que personne, ça ne peut pas ne pas m’affecter. Mais nous sommes différents, nos styles sont différents.

Vos musiques sont différentes mais parfois on entend des points communs, comme dans Boondocks par exemple.

Beaucoup de gens me l’ont dit et c’est gentil mais ça me brise le coeur parce qu’il y a tellement de gens qui pensent qu’il fait ma musique pour moi. J’ai le sentiment qu’en tant que femme il faut que je fasse mes preuves. Je n’ai pas l’impression d’être dans son ombre mais lorsque les gens me disent que c’est le cas, je me sens nulle. C’est une chose que je dois travailler.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=G7iy0s8fzpA?rel=0&w=1280&h=720]

Est-ce que tu rencontres parfois des gens qui ne te voient que comme la femme de Paul K et n’arrivent pas à voir ton propre travail ?

Oui bien sûr ! Mais c’est aussi les mêmes personnes qui disent “oh elle en est arrivée là parce que c’est une femme mais ne vaut pas un clou”

C’est pourquoi je dois faire mes preuves. Il y a des nanas qui se déssapent pour mixer un peu partout, en tant qu’artistes on doit s’en démarquer.

Je n’ai pas de problèmes avec les gens qui me critiquent, il y en aura toujours, très bien !

Quoi de prévu prochainement ? Un nouvel album ?

J’ai tellement de musique qui attend sur mon ordinateur et je ne sais pas quoi en faire. Voilà la situation. Je réfléchis à en faire un album, des EP… Différents labels me poussent dans différentes directions et je dois prendre une décision. Mon dernier album date de 2012, deux ans après il est temps de sortir des nouveautés.

J’imagine que c’est compliqué de savoir quand un morceau est prêt, est fini…

C’est comme une peinture : tu peux continuer à travailler dessus, même si elle finie, et tu peux la foirer si tu ne t’en débarrasses pas quand elle est achevée.

Pour finir, dis-moi, selon toi, qu’est-ce qu’une “sweet life” ?

… Des gens bien, de la bonne bouffe et de la bonne musique !

Good vibes.

Si tu as tout ça, alors tu as les good vibes ! C’est sûr.

 simina 5

[divider]Interview of Simina Grigoriu (English)[/divider]

Can you introduce yourself and talk about your music?

Ok. My name is Simna Grigoriu, I’m a DJ from Berlin. I’m playing techno, working on a lot of new stuffs but not sure yet of what I will do with my music, these projects are not complete so I can’t say too much.

What’s important for you when you create a track or when you mix in clubs?

The feelings. There is always an underlying feeling on every track.

I like to play and make music for the dancefloor. Even if I love all kinds of music, from rock’n’roll to ambient, when I make music what’s important is making the asses shake on the dancefloor.

You like all kinds of music, which artists in particular, in other style than electronic?

My favorite band is Nirvana. From the other side of the spectrum, I also really love Mobb Deep, the hip hop group from NY. I grew up listening to this music and was introduced to electronic music later. I’ve been a junglist for a long time, since I was 18/19. Then I went to university so I calmed down. I became a DJ after, on the weekends, and was working also as a marketing director.

For the last 6 years, since I live in Berlin, it’s just music.

What’s your favorite track at the moment ?

Oh no, it’s like asking me my favorite food, I can’t say, there are too many ! If I say something now, in 5 minutes I would think about something else.

But one label I love very much right now is Suara, it’s a great label. My favorite of all time must be Drumcode or Transmat.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/users/25406″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

You talk about food, and I saw on your soundcloud page that the name of your mix are about it: pastries, sugar… why?

Actually it started as a joke : my friend was making fun of Ableton and keep calling it applesauce so one day I made a mix named Applesauce just for him. From then it started, there’s no reason but it’s better than numbers.

Are there collaborations you would like to do? With other DJ, musicians or singers…

As producers collaboration can be difficult if in studio you want to do it one way and the other want to do it another way. Sometimes it’s impossible.

But I always like to work with singers, because singing is something I can’t do. You can’t sing a track, you need a song. And the vocals bring another feeling of depth. There are some singers I would like to work with, such as Mama – actually, she was born here, in France, did you know?–, I wish I could work once again with her.

 [youtube http://www.youtube.com/watch?v=Y4DhGDpnRnA?rel=0&w=1280&h=720]

By talking about France, you’ve been playing in several towns, which ones you liked the most?

I loved every places and have never been in bad clubs here in France. But Paris, it’s my heart, I love this city. And this place (Editor’s note : Pigallion) seems to be amazing, it’s a staple of the city : everybody knows it.

What do you tink about the Romanian techno scene ? In France, we heard about Raresh, Praslea, and others recently, but they were playing for longer?

They are some of the pioneers, at the beginning of the movement.

It’s a big statement to make, but I think that Romanians in general have an appreciation for music that some of the free world didn’t have for a long time. Because they were locked-down for so many years. And all of a sudden you have, Internet and the possibility to travel. I’m 33 and these DJ are around my age, I guess when communism was abandoned, these little minds were opened to basically do something else, they took the creativity in their hands and started to create. This country is full of artists, thinkers, and creative people.

It makes me very happy to see that people from all over the world are coming on to see guys I knew 10 years ago : I was dancing on tables at Space (editor’s note : probably the one in Bucarest) while Rhadoo was playing and nobody knew him and now all the fucking world knows him ! That’s really great, I’m really proud of them. And everything seems to have a heart, there are feelings, and they really love their music.

Does the fact you’re married to Paul Kalkbrenner influence your music and your carreer?

I think Paul in general has an influence on me, because I’m married to him and love him. His music influences so many people I think it also influences me, because I respect him as an artist and as a person, there is no way that it cannot affect me. But we are two totally different animals, two different styles.

Your musics are different but sometimes we can hear things in common, like in Boondocks for example.

A lot of people have told me that and it’s nice but it breaks my heart at the same time because so many people think that he’s making my music for me. I feel like, as a woman I have to prove myself to the world. I don’t feel at all that I’m in his shadow but when people tell me that I am, I feel shitty about it. It’s something that I have to work on.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=G7iy0s8fzpA?rel=0&w=1280&h=720]

Do you sometimes meet people who just look at you as Paul K’s wife and can’t see your own work ?

Sure ! But it’s also often the same people that say “oh she’s only there because she’s a woman and has nothing inside of her head”

That’s why I have so much more to prove. The naked DJ chicks are all over the place so the artists have something more to prove.

I’m fine with the haters, they’re gonna be there for the rest of my life so it’s fine.

What’s upcoming for you ? Another album ?

I have so much music now sitting in my computer, waiting and I don’t know what I will do with it. This is the truth. I’m thinking of putting it on an album, on EPs… Different labels are pulling me in different directions so I have to make a decision. My last album was in 2012, 2 years later it’s time for something fresh.

I guess it’s complicated to know when the tracks are ready/finished.

It’s like a painting you can keep working on it, even when it’s finished, and you can fuck it up also if you don’t get rid of it when it’s done.

Finally, can you tell me, for you, what’s a sweet life?

… Good people, good food, good music !

Good vibes.

If you have those things then you have good vibes ! Definitely.