La série des mixtapes continue et nous sommes heureux de vous présenter un artiste rencontré il y a quelques mois sur les dancefloors parisiens alors que SweetLife naissait à peine : Milo Häfliger. C’est un plaisir aujourd’hui d’utiliser le site pour vous faire découvrir les créations de notre ami.

Bonne découverte et rendez-vous très vite pour un autre mix !

INTERVIEW MILO HAFLIGER

– Merci d’avoir accepté de nous concocter un mix et de nous accorder un peu de ton temps pour répondre à ces questions.

Merci à vous tous ! Ca me fait plaisir de pouvoir contribuer un peu à votre site SweetLife.

– Peux-tu nous dire quel a été l’élément déclencheur qui t’as conduit à être DJ ? Que fais-tu aujourd’hui dans la vie ? Et souhaites-tu faire de la musique ton métier ?

Un soir, j’ai entendu par hasard le son magique des Pachanga Boys « Time » duquel je suis tombé amoureux instantanément. Depuis cet instant la musique deep désigne une partie existentielle de ma vie. Sinon, dans la vie, je suis monsieur tout-le-monde et j’erre sur la route académique. J’étudie le français et le sport à l’Université de Berne. A côté, je donne des cours de sports aux enfants en bas-âge.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/96409730″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

– Tu viens de Suisse alémanique. Décris-nous la scène électronique suisse et son public. Notamment en comparant avec Paris.

Bien que la scène électronique suisse soit beaucoup plus petite que celle de Paris, elle sait faire rêver son public. Il y a de grands artistes suisses pas mal connus comme Adriatique, Andrea Olivia, Benotmane, DJ Le Roi (et bien d’autres) qui ont beaucoup contribué à développer la musique électronique en Suisse. Il y a peu de différences entre les soirées en Suisse et à Paris. Ce qui diffère ce sont surtout les afters. En Suisse il y en a peu, mais à Paris… ça c’est juste magique.

– Depuis quand es-tu chez Deep Forward ? Comment fait-on de nos jours pour trouver une maison de disques ?

Je suis chez Deep Forward depuis début 2014. Avant je n’avais aucune maison de disques. It’s all about connexions. Si tu connais un mec qui lui connaît un mec dont le pote possède une maison de disques, ça va aller. Non, franchement, si tu fais de la bonne musique ça viendra tout de suite. Chez Deep Forward je fais partie d’un trio lover de la musique deep aimant partager ce message avec le monde.

– Ta musique est exotique et donne envie de s’évader… Je sais que tu voyages aussi pas mal, cela influence-t-il tes créations ? Quels sont les artistes qui t’inspirent et te font rêver ? (toutes nationalités et tous styles confondus)

Selon moi il faut voyager car chaque mouvement est synonyme en partie de bonheur. Celui qui s’arrête s’empêche en même temps de trouver son bonheur à lui. Alors j’essaie de voyager beaucoup et cela influence ma pensée, mon mode de vie, et aussi, mes créations. C’est difficile de nommer des artistes en particulier parce qu’il y en a trop qui me font rêver. Peut-être Henrik Schwarz et Worakls en particulier. Deux styles différents, mais de la pure rêverie. Je n’oublierai jamais le live de Monsieur Schwarz à la Concrete. La folie !

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/102936167″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

– Quand tu décides de faire un nouveau mix, cela part d’un son ? d’une idée globale avec un fil conducteur bien défini ? ou bien c’est de l’improvisation totale ?

Cela part surtout d’un sentiment global. Je me laisse inspirer par mon état d’âme ou par toute la nature autour de moi sans avoir un fil conducteur précis. Il s’agit donc surtout de mixes improvisés totalement.

– Est-ce que tu aimes mixer sur scène ? Que retiens-tu de ton expérience sur scène pour l’instant ? Ce qui t’a le plus marqué.

J’aime beaucoup, oui. C’est plutôt le sentiment de pouvoir transmettre un message à la foule que celui d’être sur scène. Si j’arrive à mettre les gens sur « la bonne voie », je suis content.

Un soir, après que j’ai joué sur scène, un mec est venu vers moi pour me dire ce qu’il a éprouvé pendant mon set. Il avait les larmes aux yeux. Bien que les pilules magiques aient beaucoup contribué à cette explosion de sentiments, cela m’a beaucoup marqué.

– Si tu pouvais jouer dans n’importe quel lieu, lequel choisirais-tu ?

Je choisirais le Berghain à Berlin. Un bon endroit avec des gens sympas. Ou peut-être un B2B avec le Monsieur DeeParis / S A N D E R sur Paris, on sait jamais…

– Des projets en cours j’espère ?

Chaque mois je sors une mixtape à travers le projet « Music from the Heart » en collaboration avec d’autres artistes. L’échange entre les artistes me semble très intéressant. Sinon, j’aimerais bien sortir un EP d’ici fin 2015. Donc, stay tuned !

– Un petit mot pour SweetLife et tous les fans qui te liront aujourd’hui ?

Cette collaboration avec SweetLife m’a fait vraiment plaisir et j’ai hâte de revenir sur Paris et fêter avec vous tous !

MIXTAPE BY MILO HAFLIGER

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/174246039″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]