Voyage voyage, plus loin que la nuit et le jour, voyagee, voyage (Desireless cette inspiration..!)

Aujourd’hui faisons un petit détour asiatique et prenons la direction de l’Empire du Soleil levant. Pays qui regorge de djs, pays dont est originaire le dj à l’honneur dans cet article. Hiroshi Watanabe aka Kaito nous ramène directement dans les 90’s.

Du japonais « kai » qui signifie « la mer » et « to » qui renvoie à la Grande Ourse, Kaito a traversé l’océan et s’est rendu aux Etats-Unis où il a découvert l’activité de DJ, a été DJ résident de clubs new-yorkais et reconnu par le Billboard US qui a classé certains de ces morceaux en haut de la liste.

La suite, un retour au Japon et une progression qui lui a permis de devenir un artiste qui s’est fait une place dans le monde de la nuit de Tokyo. C’est sous ce nouveau pseudonyme de Kaito qu’il a commencé à s’exporter.

Empreint de sonorités trance des années 90’s, la musique de Kaito se pare de touches deep-house. Son dernier morceau en est un parfait exemple.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/177663205″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Ce style lui a permis de se faire remarquer par le label Kompakt (label qui produit notamment Barnt, Coma, Kölsch ou encore Pachanga Boys) sous lequel il a sorti « Awakening », « Beautiful day » que l’on retrouve sous les LP « Beautiful Life » et « Beautiful Love » et qui ont été des sorties significatives pour le label. Awakening dépeint très bien le style de Kaito. Tantôt mélancolique, tantôt une élévation vers quelque chose de pur, ce morceau nous drape sous des couvertures épaisses mais non moins confortables d’atmosphères synthétisées (et aseptisées).

En évolution constante, la patte Kaito se pare de sonorités plus deep, plus électronique, sans pour autant se renier. dans son morceau « A day of rain », la pureté laisse les aspérités s’imbriquer pour former un ensemble pluôt harmonieux.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/114481933″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Cette incartade plus deep se retrouve dans d’autres morceaux (« Sad » de Go nogo, « The Brae » de Yumi Zouma par exemple).

Mais elle reste rare et Kaito revient à ce qui a fait son succès. Il sort un nouvel album intitulé « Less time until the end », album qui renoue avec ses anciens LP. Laissant les drums de côté, Kaito nous livre un album dont l’intensité semble renforcer par cette omission volontaire, omission qui permet d’apprécier plus profondément la mélodie. Des morceaux éthérés (« Dear Friends »), des morceaux profondément différents sans drums (« Behind my life »), cet album est un concentré de pureté, une pureté qui ne cesse de croître à chaque écoute. Ecoutez donc « Star of snow » et vous saisirez toute l’intensité musicale et le talent de Kaito.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/playlists/22927924″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Qu’ils soient empreints de sonorités trance, de deep-house ou dénués de drums, Kaito livre des morceaux d’une incroyable beauté qui détonnent à la fois par leur vide (de nombreux morceaux sont d’un calme quasi cosmique) mais également par leur puissance.

Et parce qu’on n’aime jamais vous laisser sur votre faim, voici l’un de ses derniers remix. Une fenêtre de plus ouverte sur la beauté.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/181250077″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

SweetLifement vôtre.