Katz ! C’était la soirée de vendredi dernier à Nantes, au programme : « techno et trap pour une très, très longue nuit. » avec comme invité d’honneur Anetha. Finalement ce n’était pas vraiment Trap, mais totalement techno sur les Funktion One locales, pour le plus grand bonheur de nos oreilles.

Le before

Avant d’aller au CO², je me dirige vers les « Docks » petit bar de l’île de Nantes juste avant les nefs. Les « Docks » découverte du weekend, programmaient en début de soirée jusqu’à 2h le tout nouveau collectif « Thérapie Sauvage» ; soirée Acid / Techno. Le lieu propose un cadre très intime et convivial ; c’est comme si on était dans le salon d’un pote avec des menus accrochés au mur, un DJ set et de l’Acid qui fait grincer les oreilles en fond sonore ; on ne peut plus accueillant. Collectif à suivre.

KATZ!

1h passé, je pars enthousiaste vers les quais du bord de Loire ainsi j’ai rejoint la seconde soirée « KATZ ! ». A peine arrivé Quentin Schneider (retrouver son podcast ici) prend les platines devant une foule épurée, tout au plus 40 danseurs. Peu à peu la scène va se remplir à l’appel d’un set rythmé au groove sacrément bien maitrisé. Il finit sur une note mélodique en introduisant le set de Combe, résolument Acid orné de structures rythmiques sur vitaminées.

Quentin Schneider
Quentin Schneider

Malgré un très bon set de Combe, je m’impatiente à l’idée d’entendre celui d’Anetha, tant de louanges m’ont été faites à son sujet.

DJ parisienne résidente des soirées Blocaus, elle est venue en province pour poser un set destructeur qui a foutu la gueule de bois aux Funktion One.

Anetha : le lance-missile

Anetha tout en élégance, s’affaire aux platines. Avec une dextérité technique évidente, elle avance un premier morceau qui va poser le ton, cette damoiselle est un véritable lance-missile. Elle balance tour à tour des morceaux tous plus violents les uns que les autres.

Anetha qui se recoiffe , avant de décoiffer le public
Anetha se recoiffe , avant de décoiffer son public

A aucun moment de la soirée, elle ne ménagera son public, tout d’abord avec une armada de bombes Acid puis un régiment d’ovnis; des sons avec des sonorités carrément improbables. Le set me met sur le cul, ou en jambe, ou plutôt les deux en même temps. Quand je parle de Lance-Missile, c’est que durant son set, elle a cette capacité d’introduire ses morceaux avec comme une rampe de décollage, une montée très sèche du kick qui vient s’exploser sur le dance floor. Un set réussi, seul bémol un public absent, dès 5h30 la piste était quasi-vide.

Si vous voulez retrouver Anetha, elle jouera au Rex le 2 octobre aux côtés de Zadig, LADA et Peter Van Hoesen.

Un petit aperçu du phénomène Anetha:

 

Crédits Photos : Guillaume Mandin