Après notre rencontre avec Gaël, fondateur du label Dreadful League, nous sommes partis frapper à la tannière de Romulus. L’une des principales têtes d’affiche de la scène techno mélodique française revient sur ses inspirations, sa façon de composer et dévoile une news en exclusivité pour SweetLife !

Musique à lancer pour la lecture de cette interview.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/74258830″ params= »color=ff5500&inverse=false&auto_play=false&show_user=true » width= »100% » height= »20″ iframe= »true » /]

 

INTERVIEW

Romulus

SweetLife : Hello Romulus, j‘ai entendu dire que tu n’écoutais pas énormément de musique électro, peux-tu nous parler de tes sources d’inspiration et de tes artistes favoris ?

Effectivement quand j’ai commencé à vraiment produire de la musique électronique il y a un peu plus de quatre ans, je ne connaissais pas vraiment grand chose de ce qui se faisait. Je savais simplement, d’après ce que j’entendais en club, que le kick devait frapper chaque temps. C’est comme ça que j’ai commencé à construire mes premiers morceaux. Je créais mes mélodies puis les ajustais en fonction du BPM choisi. Le fait de commencer à produire du son susceptible d’être écouter en soirée en n’ayant pas vraiment de références dans le milieu a surement aidé à créer mon propre style. A l’époque, j’écoutais pas mal de rock « à l’ancienne » (surtout des instrus) style Scorpion, quelques morceaux de Metalica, du Queen même… mais aussi du reggae et parfois même du dub! Tout ceci après une période de « rap » (US, surtout)!

Mais lorsque j’ai commencé à produire, ce qui me plaisait le plus était d’apporter de l’émotion dans mes morceaux. Pour moi, la meilleure inspiration a été le classique pour ça et les morceaux que mon prof de piano m’avait donné pendant mes années d’apprentissage. Autant il y avait du Beethoven, autant il y avait de la pop, du rock mais aussi et surtout des bandes originales. Celle que j’ai sûrement le plus joué et celle du film « Il était une fois dans l’Ouest ». Mes plus grandes sources d’inspiration au début ont naturellement étés les compositeurs Ennio Morricone, Hans Zimmer ou encore John Williams. Je sais, on est très loin de la techno!

Depuis j’ai quand même « mis à jour » mon répertoire et découvert pas mal d’artistes que j’affectionne. Je pourrai citer Boris Brejcha pour sa qualité de mix assez exemplaire, Dominik Eulberg, mais aussi Thylacine (découvert sur le web récemment avec sa prestation live, accompagné d’une violoniste). Enfin, j’aime beaucoup ce que fait Joris Delacroix dans un style différent, qui est aussi l’un des rares que je connaissais de nom avant de composer (je pense à son morceau Maeva notamment qui m’est longtemps resté en tête).

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/223515072″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

SweetLife : Sur quel logiciel et avec quel matériel travail tu ?

Je compose entièrement sur Ableton Live, sur un bon PC. J’évite d’utiliser des samples et préfère créer mes propres sons. Je joue directement mes mélos sur un clavier midi. Côté live, j’utilise à l’heure actuelle un Macbook Pro 15″, un controlleur APC 40 Mk II, et un autre controlleur (launchpad) plus petit pour envoyer certains sons à des moments cruciaux comme les sons de loups par exemple, genre… « Aouhhhhhh! »

SweetLife : Tes sonorités sont uniques, comment gères-tu tes recherches et ton temps de travail ? 

Le travail de recherche me prend autant de temps que celui de la compo. Si au début je zonais sur le net en quête de sons d’ambiance particuliers pouvant coller à tel ou tel morceau, aujourd’hui j’essaie directement de les créer à la « volée » dans Ableton.

SweetLife : Aurais-tu une « news en exclu » pour SweetLife concernant tes futurs projets ? 

J’ai entendu dire qu’une certaine personne aux allures bestiales préparait un album depuis un petit bout de temps… mais impossible de connaître la date officielle.

SweetLife : Merci beaucoup Romulus, on a hâte de découvrir ça !