Comme à son habitude, Horde nous avait concocté un univers tout en féérie pour un dimanche qui allait tenir son pari, nous enchanter !

C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’impatience que nous attendions l’événement. La promesse était alléchante, les artistes appétissants, le lieu conçu à la manière d’une pochette surprise dont on découvre chaque recoin comme une friandise bien emballée.

Arrêtons là cette métaphore gustative, même si elle nous rappelle le délice de la restauration proposée, un barbecue sud africain bien loin de l’habituelle street food, et les douceurs des barbes à papa qui nous ramenaient en enfance.

Revenons au lieu savamment décoré, des coins chill et des tapis disséminés, un plafond entièrement drapé, une atmosphère de sérénité qui nous plonge dans un cocon destiné à la musique, une immense scène surplombée par une colossale boule à facettes !

Dans cet espace confiné, Horde nous a doté d’un système son parfaitement réglé, chaque relance de basses ramenait immédiatement sur la piste ceux qui s’accordaient une petite pause : simple et efficace.

Parlons musique, un warm up animé par les dj du crew, dansant, pas du tout lancinant, nous sommes très loin d’une soporifique mise en bouche et on entre immédiatement dans l’ambiance.

Ensuite, que dire de Bandas Panam, un moment de musique hors du temps, transporté par l’acoustique, la sincérité des rythmiques et la puissance émotionnelle de cette symphonie d’instruments.

Cette journée fut l’occasion pour tous de découvrir Unders, et quelle découverte, un coup de coeur unanime du public. On se souvient encore être avec notre bière en terrasse pour l’intro de son set et entendre la ligne de basse de Syria, son track release il y a quelques jours, nous avons tous instantanément tourné la tête vers la salle, les oreilles grandes ouvertes et le sourire aux lèvres.

Le jeune dj néerlandais nous a délivré ensuite une demi heure envoutante avant de nous réveiller avec le classic weapon Just de Bicep, il nous a ensuite fait planer, danser, crier avec une interminable version de Black Sunrise de Francesco Chiocci feat. Black Soda, qui est incontestablement une des meilleures tracks qui tournent en ce début d’année.

Nous avons été littéralement transporté par cet artiste qui ressent extrêmement bien son public, un set sublimé par l’espace confiné dans lequel la profondeur des basses avec lesquelles il affectionne jouer se faisait ressentir. Vous entendrez à nouveau parler de ce génie plein d’humilité.

Allez, son set est là, c’est cadeau :

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/250849814″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

 

Chaque grande messe du dimanche a son prêcheur, et pour celle-ci le sorcier au chapeau, Satori, nous a délivrée une version encore plus aboutie, plus folle, plus rythmée, plus énergique, plus dansante, plus captivante qu’à l’accoutumée ! La foule conquise et ensorcelée a décuplé l’énergie transmise dans ce live qui, une fois de plus atteint un niveau sublime de musicalité. Retrouvez notre interview de Satori ici.

Nous n’oublions pas Floyd Lavine et Culoe De Song venus de loin nous faire danser et partager leur joie communicative !

Nous avions de vraies attentes pour ce dimanche ensoleillé avec Horde, la barre est placée très haut et on espère rapidement revivre des événements de cette qualité dans une atmosphère aussi bienveillante.

Pour ceux et celles qui veulent se remémorer ces moments de magie, voici les photos !

PHOTOS HORDE