A quelques jours de sa prochaine soirée, nous avons parlé avec l’association qui submerge les nuits lorientaises depuis l’été dernier, la Submarine Project. Avec des programmations toujours plus qualitatives (l’association a invité Electric Rescue, le Sonic Crew d’Astropolis et une belle ribambelle de Dj’s Bretons lors de ces précédentes soirées), le projet commence à émerger aux yeux de tous les fans de musiques électroniques dans la région et compte bien définitivement marquer les esprits le 9 avril, avec une nouvelle soirée qui s’annonce très techno. L’association recevra Anetha (des labels Work them records et Blocaus) ainsi qu’un duo surprise signé sur de prestigieux labels : Inner Surface Music, Mord, Perc Trax, 47et EarToGround. A Sweetlife on a notre petite idée..

Interview

Submarine Project

Sweetlife : Pour commencer et parce que c’est important, comment allez-vous ?

SP Ça va super, remonté à bloc pour 9 avril.

Submarine Project #6
Crédits Photos : Submarine Project


Sweetlife : Très simplement, Submarine Project, c’est qui, c’est quoi, c’est où ?

SP C’est avant tout 3 potes (Luc, Raph et Bryan) depuis maintenant plus de 10 ans, qui ont plongé dans ce courant musical dans leurs villes étudiantes (Lille et Paris). On a toujours adoré organiser des soirées : déjà plus jeunes, on louait des maisons pour le nouvel an, on posait une sono (de médiocre qualité on avoue haha) et on invitait tous nos potes et potes de potes. C’était un joli bordel. Mais Submarine Project c’est aussi une quinzaine de bénévoles extraordinaires qui nous aident sur chaque soirée et que l’on remercie encore et encore.

Aujourd’hui on s’est professionnalisé via nos formations (événementiel et communication) et on a lancé notre asso pour proposer des événements électro sur le Pays de Lorient. On fait ces nocturnes dans un spot vraiment sympa, qui se situe sur la base sous-marine de Lorient.

 

Sweetlife : Votre nom « The Submarine Project » c’est uniquement du à la proximité de la base de sous-marin ou bien ça veut dire plus pour vous ? On peut y voir une métaphore sur un projet qui a fini par émerger ?

SP En fait, ce projet nous trottait dans la tête depuis un moment. On voulait lancer quelque chose sur le secteur. Il nous fallait un nom et un soir, lors d’une petite virée sur la base notre chemin croise celui du sous-marin Flore. C’est venu simplement de là. On a hérité d’un patrimoine après la seconde guerre mondiale qui fait de cette zone de Lorient un endroit orignal, brut avec ses gros blocs de béton et que l’on affectionne particulièrement : finalement, ça collait parfaitement avec l’esprit que l’on souhaite donner à nos soirées. On projetait ce jour là une grosse teuf en plein air entre les énormes bunkers avec le sous-marin en arrière plan (rires).

 

Sweetlife : Les Terrasses du Celtic, un lieu qu’il vous a fallu conquérir et qui est maintenant votre salle privilégiée. Vous pouvez nous en dire plus ? Vous comptez changer de lieu pour l’avenir ?

SP C’est à double tranchant. On a une salle qui est idéale pour sa situation géographique (pas de voisinage donc pas de nuisance), qui dispose des dernières normes en matière de sécurité, d’accessibilité pour les PMR (personnes à mobilité réduite) et qui nous offre un superbe rooftop (qui sera couvert à partir du mois d’avril). Mais à coté de ça on a un cahier des charges très lourd à respecter : on pose des bâches, des moquettes sur presque 300m2 pour protéger le parquet et le matin à 06h quand tu as deux heures pour tout démonter c’est un peu rude. On en chie pas mal à vrai dire, mais ça en vaut la peine. On aimerait trouver un nouveau lieu pour la rentrée prochaine, type hangar sur le port de pêche. Après on sera confronté aux problèmes de sécurité etc. Donc à voir ce qu’il est possible de faire.

 

Sweetlife : Reçu 5/5 ! D’ailleurs 5/5 sur c’est le nombre de soirées complètes à votre actif, c’est quoi votre secret ? Des programmations très qualitatives ? Une forte demande du public de votre ville ou même région ?

SP Peut-on dire que nous avons un secret ? On ne pense pas. On s’est positionné sur un créneau que nous adorons : la musique électronique. Des événements comme les nôtres, il fallait à chaque fois bouger sur Brest, Rennes, Nantes, Quimperlé… Sur Lorient et ses alentours, il était difficile de trouver une soirée « légale » sur ce format horaire. Après il te reste les boîtes de nuit qui te servent la soupe commerciale et les free-party mais on n’est pas trop de cette école. Même s’ils nous est déjà arrivé d’y aller. Après on porte une attention particulière à notre programmation en faisant jouer à la fois la scène locale et de plus grosses têtes d’affiches, françaises ou internationales mais toujours soucieux de la qualité. Indiscutablement, Lorient et ses alentours regorgent d’amateurs de musiques électroniques et c’est super de pouvoir réunir tout ce beau monde autour d’un courant musical qui touche des personnes de tous horizons.

 

Sweetlife : D’ailleurs ce public, vous nous le décrivez un peu ? Les jeunes qui en avaient marre de la boite du coin ? Les vieux briscards des 90’s ? Plutôt lorientais, breton, peut être même plus large ?

SP Ce qui est appréciable dans ce milieu propre à la techno, c’est qu’il est très fédérateur et tu retrouves tout type de profil : l’étudiant, le père de famille trentenaire, des cadres, des banquiers et même des retraités. On a un adhérent qui est né en 1954. Et tout ce beau monde se mélange parfaitement, zéro dérapage, zéro bagarre, bonne ambiance… Notre public est majoritairement de Lorient et ses environs, mais on voit aussi du monde venir de bien plus loin comme Brest, Quimper, Rennes, Vannes, Nantes… Et ça fait vraiment plaisir de voir toute cette bonne énergie.

 

Crédits Photos : Submarine Project
Crédits Photos : Submarine Project

Sweetlife : Votre projet initial, d’après vos propres mots, c’était d’insuffler un vent techno sur la région lorientaise. Ce vent, vous l’avez maintenant en poupe, et nous croyons savoir que vous prévoyez de proposer à votre public des dimanches électroniques et même… un festival ! Vous pouvez nous en dire plus ?

SP On travaille sur d’autres projets en effet. À commencer cet été : nous sommes en pourparler avec la Ville pour des pique-niques/goûters électroniques certains dimanches après-midi. Une rencontre dominicale beaucoup plus détente musicalement parlant, où l’on jouera house music. On espère obtenir les autorisations nécessaires pour tout ça. Et pour l’été 2017, on aimerait proposer un festival à taille humaine avec deux scènes. Il va d’ailleurs falloir que l’on mette le nez dedans très rapidement.

Sweetlife : House ou techno, vos artistes sont toujours très pointus, et ce depuis vos premières soirées. Comment est-ce que l’on invite Electric Rescue ou Sonic Crew aussi rapidement ?

SP Notre première soirée, avec la crème des artistes locaux a très bien marché. Elle nous a certainement propulsés dans le grand bain, avec en bonus un article dans le Ouest-France. Ces petites choses ont peut être eu un impact auprès d’Astropolis, que l’on remercie d’ailleurs pour la confiance accordée et pour leur souplesse, quand nous les avons contactés. Et de fil en aiguille, les contacts se font via les agences de booking etc. et quand on voit que les soirées sont complètes, ça aide certainement. Mais globalement, les artistes ou les agences sont assez accessibles et ont tendance à faire confiance.

Sweetlife : La prochaine immersion du sous-marin promet d’être bouillante ! Toujours aux Terrasses du Celtic, c’est le 09 avril que ça se passera, on vous laisse nous mettre l’eau à la bouche ?

SP Le 09 on reçoit encore une belle flopée d’artistes. On y retrouvera notre incontournable résident Lil Baas, qui nous proposera un mix vinyle/cdj toujours pointu. Et pour la première fois de l’aventure, on reçoit un artiste féminin : Anetha de chez BLOCAUS et signée sur le label de Spencer Parker, Work Them Record. Enfin un guest secret : gros duo signé sur les labels Inner Surface, MORD, EarToGround, 47… Attention, déconseillé aux personnes cardiaques !

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/229405735″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Sweetlife : Et pour finir, la question pute : l’équipe Sweetlife à une petite idée sur votre « invité mystère ». Mais pour confirmer notre thèse, on aurait le doit à un petit indice ?

SP Comme ils le disent si bien, « Go hard or go home ». Alors, ça confirme votre thèse ?