Depuis plus d’un an et demi, la Made a fait son trou sur la région Rennaise, notamment au club 1988 en organisant des soirées éponymes, invitant à ces occasions la fine fleur de la scène Underground House & Techno (Bambounou, Zadig, Cabanne,Rødhåd pour ne citer qu’eux). Il semblerait que l’association ait décidé de passer à la vitesse supérieure en organisant leur premier (marathon) festival, du 12 au 15 mai prochain au cœur de la ville Rennaise. 4 jours de fête dans différents lieux phares de la vie nocturne et électronique de la capitale Bretonne.

On s’inscrit, on revêt son plus beau short, on chausse sa meilleure paire de running et dès le jeudi soir on se présente sur la ligne de départ. L’événement s’annonce effréné, il n’y aura pas de temps mort, mais cela va être magnifique.

Jeudi 12 mai début de soirée.

La semaine n’est pas finie mais comme à notre habitude on commence le weekend en avance. Début des hostilités jeudi donc, et c’est dans trois célèbres bars rennais que ça se passe : au Chantier, au Combi bar et à la Contrescarpe. Le festival y accueillera de nombreux artistes de labels locaux. Un début en douceur mais on ne peut pas parler d’un échauffement, la nuit s’annonce déjà longue.

Vendredi 13 mai

Le vendredi, pour rester dans la course, le choix s’offre à nous. Café des champs libres et/ou le 88 Club (en quelque sorte le QG de l’association), avec une programmation house to techno qui régalera le plus grand nombre.

12540998_1656639324623463_5881603853197008335_n
Crédit photo – Made Festival

 

Le before de la soirée se passera donc au café des champs libre. C’est la Chevreuil qui nous y présentera Abile, Allo Maman, Little et Steve Murphy. Le 1988 live Club accueillera de son côté une nuit de plus de 6h pendant laquelle joueront, Antigone, Surgeon pour un live Modular, Move D, Detroit Swindle, Shlomo, Vanadis, Blawan ainsi que les deux membres du crew T.O.M et Jabba 2.3.

Bref, il n’est plus question ici de mise en jambe. On est déjà lancé et surtout surexcité par ce qui arrive. Pas de fatigue envisageable, on continue !

Samedi 14 mai

Il est 8 heures du matin, et les gros kicks d’Antigone résonnent encore dans nos têtes. Un poil fatigués mais pas le temps de se coucher : on se bouge les fesses et on part en footing au parc des Gayeulles pour l’Open Air présenté par la Texture, Kepler et Frangines & Co qui nous tiendra éveillé jusqu’à 20h.

Pendant le son, on s’essaiera au skate, à la sérigraphie, au graffiti et au skin jackin’. Une belle après-midi en somme, et sous le célèbre soleil Rennais !

Histoire de ne rien rater, on sprint jusqu’à la faculté dentaire pour aller voir des expositions. Dommage pour la fin de l’Open Air mais c’est l’occasion de s’essayer aux musiques électroniques et autres arts sur un fond musical orchestré par les associations Silteplay et NVNA dont les artistes animeront le lieu de 14 à 20h.

Et c’est maintenant que le terme festival-marathon prend tout son sens. A peine le temps de se poser, on se met en route vers l’un des lieux mythiques de la vie musicale de la capitale Bretonne : Le fameux parc des expositions qui accueille les Transmusicales de Rennes depuis près de 40 ans.

On mange dans le bus, on boit une petite bière sur le parking et c’est reparti pour l’apogée du festival.

Le grand hall de métal tremblera toute la nuit.

Le warm up de cette soirée sera assuré par le gagnant du tremplin du festival organisé pour l’occasion. Puis toute la nuit les basses furieuses de Len Faki et DSV1 guideront têtes et pieds. On se remuera les genoux entrainé par le live d‘Adventice, projet commun des deux copains Dj Deep et Roman Poncet (aka Traumer).

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/257635558″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Et pour finir la soirée, on transpirera sur l’acide house du maître Dj Pierre venu tout droit de Chicago et sur la techno minimale des deux Allemands du Kollektiv Turmstrasse.

Crédit photo - Made festival
Crédit photo – Made festival

 

Une programmation digne de ce nom, pour une première édition qui s’annonce d’ores et déjà dantesque.

Dimanche 15 mai

Après une bonne « petite » nuit bien méritée, on ira profiter du soleil au Jardin Moderne où les associations Leonard Wanderlust et Cheuvreuil y organisent une petite sauterie bien sympathique pour clôturer… clôturer…

Crédit photo - Made Festival
Crédit photo – Made Festival
[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/235590143″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Et…

MAIS NON ! C’est pas fini ! Le lundi c’est férié donc le dimanche c’est soirée. L’association fait appelle aux résidents du club L’espace pour une Boogie Night jusqu’au bout du week end.

Pour les plus endurants, les vrais solides, les guerriers quoi, c’est FEM, Quentin Schneider, Cami, Daif, Daxxel, Rad Naiad, Françoijak et Inzpector Tanzi qui s’occuperont d’achever vos tympans.

Après 4 jours, 63 heures de musique jouée par 65 artistes, un nombre terrifiant de calories dépensées et 9 différents dancefloors foulées nous voguons vers un repas bien mérité et la douce chaleur de notre lit.

La semaine de travail sera rude mais ça valait le coup.