Dj et compositeur français de techno au style sombre, psychédélique et aux influences UK, on a rencontré le talentueux et discret Mondowski qui nous parle de son parcours, et de ses coups de cœur musicaux.

Né au tout début des années 1990 très loin des clubs, Mondowski s’est découvert un amour inconditionnel pour la culture musicale anglaise qui lui a donné l’envie de se lancer dans la musique.

Après avoir découvert les Beatles et le label indépendant Creation Records, il se mit à apprendre la guitare, avec de plus en plus d’inspiration venant des groupes My Bloody Valentine et The Jesus & Mary Chain.

Quelques années plus tard il commence à apprendre d’autres instruments, la batterie, la basse et le piano, puis viendra ensuite la révolution des années 80, de ses synthétiseurs et  de ses groupes cultes comme Depeche Mode et The Cure, qui ne cesseront de faire grandir son amour pour la culture musicale d’Outre-Manche.

C’est en 2004 alors que commence le réel tournant de son univers ‘musique électronique’ avec la rencontre de Death in Vegas. Révélation pour le jeune français qui enrichit ainsi ses goûts et horizons en prenant toutes les inspirations possibles allant de la techno à la new-wave en passant par l électro rock et l’acid house. Après cette période d’expérimentation , Mondowski s’influence de plus en plus d artistes tel que Jennifer Cardini, Andrew Weatherall et Ivan Smagghe.

En 2013, il démarre alors à l’IBOAT de Bordeaux en devenant le propre résident de ses soirées qu’il nommera « Shadowplay » ou il invite des artistes tels que Tom Furse, Richard Fearless, Marc Houle, DJ Hell, ou encore Ewan Pearson.

Son dernier EP « Klub Psycho » , sorti il y a deux mois sur Relish records est une petite pépite, et comprend un remix de The Hacker et Joe Spurgeon de The Horrors et a été soutenu par Laurent Garnier , Daniel Avery , Justin Robertson , Sean Johnston, bref on vous laisse découvrir.

En mars dernier Andrew Weatherall a joué « Klub Psycho » sur BBC Radio 1.

Maintenant basé à Londres Mondowski travaille sur le premier EP d’un nouveau projet appelé D8T avec son ami le DJ et producteur Markus Gibb

 

INTERVIEW

Sweetlife :  Alors, ma première question va être très simple mais on sent vraiment tes influences UK années 80/new wave/cold wave dans tes productions et remix, une question me vient à l’idée, comment es- tu tombé dans ce style si jeune ? Comment as-tu connu ?

Mondowski : A vrai dire, j’étais plutôt rock indé, punk etc… étant ado, très UK tout de même, pas vraiment un puriste New/ Cold Wave. Ca peut paraître étrange mais j’avais horreur des sons de synthés ou des boites à rythmes. C’est venu un plus tard avec quelques groupes qui ont fait la passerelle entre les deux univers, genre Soulwax ou Death in Vegas.
En revanche, j’ai toujours aimé les Cure, DM ou New Order, sans vraiment me rendre compte que c’était assez électronique finalement. Surement à cause du format un peu pop de ces trucs là.

Sweetlife :  Tu as ta propre résidence depuis 2013 à l’I-boat de Bordeaux nommée  » Shadowplay » . Peux-tu nous en dire un peu plus sur l’histoire de cette résidence, comment s’est faite cette collaboration et qu’elle est l’état d’esprit de ces soirées?

Mondowski : Il y avait ce créneaux de libre dans ce style là, que très peu d’organisateurs exploitent à Bordeaux.
C’est eux qui m’ont proposés et poussés à le faire, au début j’avais vachement peur car étant aussi le promoteur sur cette résidence, ça implique pas mal de risques financiers, surtout que j’avais 20 ans au début et je suis partit de rien. Mais maintenant ça roule tout seul, je réussi les objectifs que je me fixe donc c’était une bonne chose finalement.
Et puis ça ajoute quelques «skills» sur mon CV et ça m’a rendu vachement sérieux dans le travail.

Sweetlife : Tu as sortie 3 EP : « Memoria » en 2013 sur Baldwin Record axé techno mentale et sombre, « Speaking » en 2014 sur Rock To The Beat Records axé techno acid et maintenant « Klub Psycho EP » sur Relish Recordings techno indus et froide. 3 EP aux styles différents mais qui finalement se complètent extrêmement bien. Comment définis tu ton propre style?

Mondowski : Ces 3 EP sont vraiment différents oui, pour la simple et bonne raison qu’il s’est écoulé presque 1 an entre chacun d’eux et que j’ai découvert énormément de choses pendant ce temps là.
J’ai aussi besoin de faire de nouvelles choses pour etre stimulé. Ma sensibilité et ma culture musicale s’agrandissent de jours en jours en plus de ça.
En revanche, il m’est impossible de définir ma musique, mais pour être grotesque, ce que je sors (pas forcément ce que je fais de mon temps libre) je dirai que c’est un mélange qui tourne entre acid house et techno (avec toutes ses déclinaisons)

Sweetlife : Quelle est la suite de tes projets ? On peut s’attendre un éventuel album made in Mondowski courant 2016 ?

Mondowski : J’ai vraiment envie de me pencher sur un album, pas pour l’instant par contre. J’ai un nouvel EP qui sortira à la fin de l’année, un autre en préparation pour ce side projet D8T avec mon copain Markus Gibb et suivant comment ça se déroule oui, pourquoi pas envisager un album pour 2017 mais une chose est sur ce sera totalement différent de ce que j’ai pu faire avant.
J’aimerai vraiment exploiter le crossover avec de vrais instruments, de l’électronique, des collaborations etc..

Sweetlife :  Basé à Londres, on imagine que tu connais bien, quels sont tes spots préférés et peut-on espérer te voir jouer dans cette ville prochainement ?

Mondowski :J’arrive à y jouer assez régulièrement oui, rien de confirmé pour l’instant mais ça arrive.
Je sors très peu en club à Londres, vu que ça ferme assez tot pour la plupart, je préfère consacrer mes soirées pour aller voir des groupes jouer. Le truc qui est dingue c’est qu’il y a des concerts tout les soirs, pour la pluparts gratuits en plus, avec de super artistes. Après quand je vais en club c’est surtout pour les soirées Snap Crackle & Pop au Waiting Room. C’est une très petite salle genre 140 personnes de capacité mais le son est top et les résidences impeccables, comme Deep Fix par exemple, où j’ai joué dernièrement.

Aller je lâche mes spots préférés pour East London: Waiting Room, Shacklewell Arms, Moth Club et Dance Tunnel.

Sweetlife : Si tu pouvais me donner 3 artistes à suivre en ce moment, tes trois coups de cœur, lesquels seraient-ils ?

Mondowski : C’est dur d’en choisir seulement 3 ! Il y a FLVN de Bordeaux qui commence à se démerder pas mal, je pense que d’ici quelques mois il va sortir des tubes à la chaine, c’est qu’une question de temps à mon avis.
Kezokichi aussi, qui est un de mes producteurs préféré, très très bon. Il est le seul représentant du Japon dans ce genre là. Je conseil chaudement son label Blindetonation, les sorties sont impeccables.
Et pour finir, Markus Gibb, un vrais génie. Il est très original et exploite bien ses idées

Sweetlife : Mondowski merci pour le temps que tu nous a accordé et pour cette playlist exclusive qui ravira sans aucun doute nos afficionados. Bonne continuation à bientôt. 

Mondowski : Très peu de techno finalement dans cette sélection malheureusement.Mais du très qualitatif tout de même.