Le premier week-end de ce mois de Juillet ardent, SweetLife foulait une fois encore le terreau breton. Direction Astropolis pour 3 jours de rave non-stop. Rave, mot clé de ce festival et Antoine (Electric Rescue) n’oubliera pas de nous le rappeler lors de l’interview.

Astropolis écrit sa 22e édition  lors de ce capricieux week-end de Juillet. Direction Brest, ville industrielle et portuaire – dans le Finistère, département phare de la rave.

ASTROPOLIS

C’est sur le port de commerce de Brest que commence la rave, entre la Suite et la Carène, Le groove insolent de Mad Rey et la techno puissante de l’escadron R&S. La nuit passe vite, très vite et l’on se retrouve à 2 pâtés de maison de la Suite. Tout juste sortis de l’intro surprenante mais pas moins incroyable de Dan Shake, c’est sur un parking devant un camion armé d’un système son et accompagnés d’une cinquantaine de danseurs qu’on assiste au levé du soleil électrisant un ciel bleu et limpide. Décor parfait pour se remémorer la leçon administrée par la prestation fugitive de Roman Flügel et Axel Boman.

Mad Rey : groove décadent
Mad Rey : de l’audace et du groove

Samedi en début de soirée, direction le jardin de l’académie maritime. On passe à côté des multiples spots installés dans la ville – Input Selector, NVNA, TBD… Brest est remué et l’on sent une certaine effervescence, une tension monter. On suit le son pour rejoindre Beaux Rivages (énième open air) où l’on assiste à véritable face à face entre la rade, qui s’ouvre sur la mer  – à l’horizon infini et les festivaliers.

Beaux Rivages
Beaux Rivages

La foule séparée en deux par une route où conducteurs et passagers, curieux, prennent plaisir à observer. L’ambiance est quant à elle bon-enfant et nous sommes tous secoués par  le set explosif d’AZF ;  brisant comme un coup de tonnerre le calme décor maritime.

AZF face au public. Le public face à la mer.
AZF face au public. Le public face à la rade.

Constat à 19h : on a déjà pris une bonne grosse claque et le meilleur reste à venir.

En route pour la dernière étape de l’aventure Astropolis : le Manoir de Kéroual.

Electric Rescue

Interview

Dans la pénombre, à l’arrière de la scène de La Cour, au manoir de Kéroual, au corner des backstages; Nous avons discuté avec Antoine aka Electric Rescue; aka 1/3 de Mod3rn; aka 1/2 WLVS, aka résident d’Astropolis. Il jouait quelques heures après sur la scène Astrofloor (4h15 précise !).

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/272624931″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Pour ce qui est de la suite du festival. Je ne peux vous donner qu’un conseil : Allez-y. Il est encore temps. Découvrez-le par vous-même !

Max  Jacob :

Je suis convaincu que l’émotion artistique cesse où l’analyse et la pensée interviennent.

© Maxime Chermat Photography - www.maximechermat.com
Wolgang Voigt // Chill Out
© Alban Gendrot - http://fb.me/agendrot
La cour // 1h30
© Maxime Chermat Photography - www.maximechermat.com
Len Faki (Astrofloor) // 2h45
© Maxime Chermat Photography - www.maximechermat.com
Unforeseen Alliance (La Cour) // 3h30
© Maxime Chermat Photography - www.maximechermat.com
Atlantic (Tremplin) // 4h30
gratuitpourlesfilles.fr
Manu le Malin au micro et Le Bask à la boucherie (Mekanik) // 6h15
Public 2 - Julio Ificada
La Cour // 7h
Andrew Weatherall (La Cour) // 8h
Andrew Weatherall (La Cour) // 8h

RAVE !

Crédits : Souenellen, Alban Gendrot, Julio Ificada.