Après une interview du DJ frenchy (mais installé à Londres) Tarek Charbonnier, Je suis parti pour Londres au Junction 2. Entre culottes XXL accrochées en l’air, clichés anglais, paillettes glitters sur le visage, foule survoltée et Chippendales ouvrier du bâtiment, voici à quoi ressemble un festival en plein centre de Londres.

Pour vous donner envie de lire la suite de l’article, en premier lieu je vais commencer par vous dire que c’était bien, même très bien, voire assez dingue en fait !

Une amie sous le bras, une paire de lunettes de soleil, un peu de £, une paire de baskets, une banane ou plutôt bamba bag comme ils disent là-bas et un brin de motivation, voilà ce qu’il faut pour faire un bon Junction à Londres.

Après 9h de bus, un chauffeur psychorigide, un petit coup de ferry, un breakfast aux flageolets, nous sommes arrivés en territoire anglais ! Quelle ne fut pas notre surprise à l’arrivée : DU SOLEIL ! Un énorme soleil tout chaud et pour tout le week-end. Rigolez, Rigolez mais pour un festoche en plein air, ça a son importance. Et à Londres, c’est bien connu il pleut souvent…

14h passé, nous voici rentrés dans le Boston Manor Park après un trajet en métro fort sympathique… Sécurité, accueil, vrombissements des basses et grosse structure de déco, déjà on sent qu’on est dans un gros truc.

Junction 2. Photo by ShotAway

Tous les technovores de Londres étaient présents, c’était THE EVENT techno de l’année.

On a réussi à se perdre 40 fois entre les scènes, les bars, les transats… Le lieu est vraiment superbe, entre petite forêt et prairie, il y a tellement de choses à faire, à découvrir ou à écouter…

Le lieu est rempli d’animations en tous genre, des stands de paillettes (ou plutôt glitters) jusqu’au modulaire et autre machine grandeur nature.

Si si, je vous promets, entre 2 buissons, nous sommes tombés sur une tonnelle équipée en matière d’enceintes avec en plein milieu quelques machines de production et des boutons énormes !

Programmation 

Un très très gros line up qui n’a pas démenti sa réputation, les meilleures pointures de la techno réunies sur le même site avec un système son impeccable…ça ne peut pas vous décevoir…

Gros clin d’œil et un pouce bleu pour les sets de Recondite (live) et de Maceo Plex, un régal puissant et dansant, de quoi vous emporter sans vous lâcher une seule seconde sur l’énorme scène Sonus en full plein air !

Petite note d’incompréhension personnel : les slips en l’air…si quelqu’un a l’explication, je suis preneur.

Second grand moment : la scène chapiteau The Hydra avec ses résonances un poil plus house – funk pour combler tout le monde.J2RUSHES-18

En poursuivant à travers cet univers si particulier de Junction, je suis tombé sur la scène Into The Woods. Big Up à la
team qui a su émerveiller son public face aux géants juste à côté. Une scène jonchée en plein milieu d’une clairière, très grand moment aussi !Junction 2. Photo by ShotAwayC’est un peu ça le Junction, il y a de quoi ravir tout le monde….
Je vous parlerai bien des danseurs ouvriers dans le bâtiment, de la qualité monumentale des plats à base de pâtes ou du closing de la scène Drumcode, mais je vous gâcherai le plaisir de le voir vous-même !

Junction 2. Photo by ShotAway          « Junction 2 n’est pas un festival qu’il faut lire, c’est un festival qu’il faut vivre ! »   (par une jeune française rencontrée dans les méandres des bois qui garnissent le festival, entre un bosquet et un peuplier) 

Une programmation d’une aussi bonne qualité dans un environnement aussi attrayant, peu de français peuvent rivaliser.

Merci à ma tatie, à Amandine, à Junction 2 et l’équipe Into The Woods, et à l’année prochaine !