Le 21 juin est toujours un jour spécial, synonyme de début de l’été, de solstice et de fête de la musique. Cette année, il concordait en plus avec l’ouverture du Monticule Festival, le festival tout droit venu d’Allemagne et perdu dans le parc naturel des Causses du Quercy (Lot). Après une première visite plus furtive l’année dernière, nous avons tenu à y retourner pour vous livrer nos impressions sur ce festival si particulier. Découverte.

Photos : Free Rubens

Un cadre naturel époustouflant

FRUB7917-2 KopieNous rejoignons le festival en voiture, sillonnant les routes jusqu’à arriver à proximité du village de Saint Jean de Laur, où notre GPS perd le signal. Nous empruntons alors les petits chemins avec pour seul cap les quelques panneaux indiquant le Domaine de Gayfié, où se tient le festival. Arrivés au somment de la colline, nous tombons sur une petite cabane où un jeune allemand au français hésitant attend les festivaliers. Une fois la voiture garée, nous découvrons avec émerveillement le camping, à peine délimité au beau milieu de la forêt. On trouve alors sans aucune difficulté de l’ombre pour monter notre campement sous le chant continu des cigales. Une fois installés, nous partons à la découverte de notre village éphémère : bar construit en bois, douches avec vue sur la vallée, gouffre à l’eau turquoise en contre-bas… on se sent perdu dans la nature et bien loin des tracas de la ville !

gouffre

A la tombée de la nuit, nous nous rendons au festival situé à seulement une centaine de mètres du camping. L’accueil est familial, à l’image du site que nous découvrons : une grande maison champêtre domine l’espace, à côté de laquelle est située une vieille grange. Le reste de l’espace est laissé à la nature. Les lumières mettent parfaitement en valeur l’environnement et invitent à se perdre dans les bois, buissons, prairies… qui jouxtent les scènes. L’immersion est totale et on prend plaisir à se déplacer, se poser ou simplement flâner à travers le site.

Une programmation variée doublée d’un système son bétonpiscine

Côté musique, les organisateurs munichois ont fait appel à plusieurs collectifs afin de proposer « l’éventail complet de la musique électronique »  : Illian Tape, Versatile Records, La Chinerie étaient entre autre de la partie, avec notamment Rodhad, Red Axes et Zenker Brothers en tête d’affiche. Trois scènes sont disposées sur le site, toutes à taille humaine, chaleureusement décorées et poussées par un système son à l’allemande.

L’après-midi, la Pool et ses Funktion One parfaitement réglées se chargent de nous faire danser sous le dôme fait maison. Les sets tech-house se marient idéalement avec l’ambiance chill de l’après-midi sous le soleil. On peut même en profiter directement dans la piscine située à côté. Bien loin des pool parties d’Ibiza ou Miami, elle n’est pas bondée, on peut barboter tranquillement ou bien faire des glissades sur le toboggan (aussi fait maison) sans faire la queue !

 

rouge
Le soir, la scène principale prend le relais : une imposante structure en acier surplombe le dancefloor, subtilement éclairée et plongeant quand il le faut la foule dans un épais nuage de fumée. La structure bois du DJ booth se noie parfaitement dans le paysage, et le DJ est à portée de main : on peut admirer pleinement son exercice. Et avec des performances comme celle d’Etienne Jaumet à l’affiche, mêlant synthétiseur analogique, claviers, saxophone et voie, cette proximité est très appréciable !

 

etienne jeaumet

La troisième scène est La Grange, qui comme son nom l’indique est située dans ce qui ressemble à une ancienne étable. Ouverte de 1h à 7h, elle a notamment accueilli les sets de Voiski, Zencker Brothers et Veli x Viwo, duo dont on a particulièrement apprécié la découverte. Pendant ces heures tardives, la Pool se transforme en refuge chill out où on peut s’asseoir, discuter et profiter de sets ambiant. Idéal pour faire une pause avant de retourner dans les beats techno… ou d’aller se coucher.

Une vibe extraordinaire

19477689_1138352139604596_8771942293765191203_oLe monticule « n’est pas un festival, ce sont des vacances et une communauté » résument les organisateurs. Et effectivement, le Monticule n’est pas un festival comme les autres. Ici, vous croisez les DJs au bar, à la piscine ou dans le camping. Ici, vous mangez des produits locaux préparés avec amour. Ici, vous pouvez prendre des leçons de yoga, d’astronomie, ou vous faire masser gratuitement. Ici, à 5h du matin, vous êtes réveillé par le chant du coq. De la piste de danse jusqu’aux tentes, le respect et la bienveillance règnent d’une façon tout à fait naturelle. Sans rentrer dans la caricature, le Monticule est un lieu hors du commun qui respire le bonheur et la convivialité. Personnellement, je suis convaincu que cette vibe extraordinaire nous est apportée par les allemands et leur culture de la fête, dont on a encore beaucoup à apprendre. Et bien avant le lineup, c’est avant tout
pour cette ambiance si spéciale que des centaines de personnes traversent la France chaque été depuis deux ans.

19264635_1138353622937781_8976699114755683863_o

Parce qu’une image vaut mille mots, je recommande les magnifiques photos prises par Free Rubens ici.