Début du mois de novembre rythmé par la douceur du festival Carpe Noctem au Hall de la Trocardière à la Cité des Ducs. Pas de pitié, leur but : réchauffer le cœur des Nantais. Nous revenons sur la seconde édition d’un festival qui nous promet de belles choses pour les années futures…

 23550230_1275499335930016_7760372254055403851_o

Le Carpe Noctem Festival #2 c’était quoi ?

  • Un festival Nantais tout neuf 
  • 2 jours de fête sur 3 lieux
  • Des artistes chauds bouillants
  • Quelques milliers de participants
  • De la bière à 2,50€ (et oui, ils sont bretons)

 

Tekniphotos

 

Cette seconde édition fut, pour chaque participant ayant participé à la première du moins, complètement renversante ! C’est beau de voir une si belle évolution, on était loin de la petite salle de l’ICAM de Vannes ! Tout était plus grand et plus fort, que ce soit le système audio, les lights ou encore les murs de LED. On a apprécié la motivation du public, le choix des artistes ainsi que la haute sympathie des bénévoles. Une organisation bien maîtrisée du début à la fin !

Le tant attendu Claptone a su satisfaire les festivaliers en partageant son univers musical tout droit venu de Berlin, sans oublier le grand Etienne de Crecy qui a clôturé cette première partie de soirée avec une main de génie. Nous retrouvions ensuite au Warehouse, le grand Roy Davis JR et le Caennais Madame de retour avec une techno plus dure.

 

Pari réussi pour Carpe Noctem qui a su faire danser Nantes aussi bien que les plus grands. Et ce, malgré les nombreuses péripéties. On a tous été très déçu par l’absence du tant convoité Terrence Parker mais les orgas ayant plus d’un tour dans leur sac, ont réussis à nous apporter Alan Braxe, un des pionniers de la French Touch.

Une autre petite complication est venue se faufiler, la préfecture n’ayant pas autorisé l’utilisation de la salle après 2h, le changement de lieu était obligatoire afin de continuer à dandiner son popotin. Verdict ? After au Warehouse, qui a suscité autant de participants qu’à la Trocardière.

 

Tekniphotos

 

Dans une ville telle que Nantes, forte de ses festivals techno, il faut désormais se démarquer pour se faire une petite place. Et le festival Carpe Noctem souhaite garder ce nouveau souffle de douceur dans la ville. Ici, on mise sur de la house internationale alliée à la French Touch. L’aventure est loin d’être terminée et la troisième édition se veut encore plus belle : un lieu unique pouvant accueillir tous ces festivaliers le temps d’une (lonnnngue) nuit. Au programme, la même lignée artistique avec comme ambition d’amener des piliers de la house qui ne passent pas régulièrement sur Nantes et ses alentours… et ça, on aime !