Dans le courant de l’année 2018, le MOMEM, Museum Of Modern Electronic Music, ouvrira ses portes au cœur de la ville de Francfort. Le 23 janvier, Peter Feldmann, maire de la ville de Francfort, Ina Hartwig, adjointe au maire chargée des affaires culturelles et Stefan Majer, adjoint au maire responsable du personnel, ont parlé du MOMEM. En cette occasion, Ina Hartwig, a rappelé que la musique électronique fait partie intégrante de l’identité culturelle de Francfort, ainsi que sa conviction selon laquelle le MOMEM contribuera à enrichir le paysage muséal local auprès d’un public jeune et cosmopolite.

Nous sommes ravis d’avoir échangé avec Alex Azary, directeur du MOMEM et co-fondateur du projet, aux côtés de Talla 2XLC (Technoclub) et Stefan Weil (Atelier Markgraph). Le tant attendu MOMEM, Museum Of Modern Electronic Music, se veut rassembleur, vivant et diversifié. Alex Azary vous éclaire ci-dessous sur ce projet muséal qui nous tient en haleine depuis quelques années.

 

Interview MOMEM – Version française [English below]

Interlocuteur : Alex Azary, directeur du MOMEM – Auteur : Cindy Voitus

 

Sweetlife : Comment est née l’idée de créer MOMEM, le Musée de la musique électronique ?

L’idée a germé dans la tête de mon partenaire de longue date Talla, lorsqu’il était en tournée avec l’Institut Geothe dans les anciens pays de l’Union soviétique. Il donnait des cours au sujet de la musique électronique au sein d’universités.
Devant le vif enthousiasme, la curiosité et l’amour des étudiants envers la musique électronique, couplés avec leur manque de connaissances sur les bases importantes de ce genre, Talla a trouvé l’inspiration et le désir de créer MOMEM est né.

Sweetlife : Est-ce que MOMEM présentera la diversité du spectre musical électronique ?

Absolument ! De plus, le but de MOMEM est non seulement de présenter divers styles et genres issus de la musique électronique, mais aussi et tout particulièrement, nous souhaitons représenter la gamme complète des domaines créatifs liés à la musique électronique et à la culture des clubs : tels  que le graphisme, la vidéo, l’art, la photographie, la mode, la technologie… et nous reviendrons aussi sur les aspects historiques en terme de scènes musicales, de villes, de boîtes de nuit, de labels, d’événements et d’artistes qui ont apporté une contribution dynamique importante à la musique électronique et posé des jalons pour le futur.

momem-frankfurt-ausstellungsgestaltung-museum-ansicht15

Sweetlife : Comment êtes-vous parvenus à prendre une décision quant au choix des DJ’s, producteurs, labels, festivals, tendances mode, photographes d’événements musicaux… que vous souhaiteriez mettre en lumière au MOMEM ? Quels acteurs avez-vous impliqué dans ce processus ?

Nous sommes une équipe et chacun d’entre nous joue un rôle actif dans le milieu depuis le début des années 80. Donc, nous sommes bien liés les uns aux autres et nous avons contacté au préalable les artistes que nous connaissons personnellement.
Toutefois, ce processus n’est pas encore entamé. Jusqu’à ce jour, notre objectif principal consistait à poser les bases du projet MOMEM et un effort politique persuasif a été nécessaire pour y aboutir.
Maintenant que la ville de Francfort a pavé la voie au MOMEM, nous allons intensifier nos efforts et nous mettre en contact avec davantage d’acteurs de la scène musicale. Actuellement, le Cercle intime des supporters du MOMEM – « INNER CIRCLE supporters » inclut Dieter Meier, Jean-Michel Jarre, Sven Väth, Nils Frahm, Renaat Vandepapeliere, DJ Hell, Underworld, Anthony Rother, DJ Ata, Roman Flügel et autres à venir.

Sweetlife : Est-ce que les membres du Cercle intime des supporters du MOMEM (INNER CIRCLE supporters) seront invités à jouer live, à se produire en concert, au musée ?

L’objectif fondamental du Cercle intime des supporters du MOMEM – « INNER CIRCLE supporters » est de réunir en son sein des artistes investis qui souhaitent exprimer leur soutien envers le Museum Of Modern Electronic Music par le biais d’une déclaration publique ou d’un témoignage, et qui, par la suite pourraient intégrer le conseil d’administration du MOMEM.
Pour l’instant, nous en sommes aux prémices du projet donc ceci n’est pas encore défini, toutefois il est indéniable que les membres de notre Cercle intime de supporters seront non seulement invités mais les bienvenus pour jouer de la musique au MOMEM ou au bénéfice de celui-ci ou bien à contribuer de toute autre façon, que ce soit par la tenue d’un cours ou d’une conférence, la participation à un symposium ou une donation de leurs archives que nous serions fiers de recevoir afin de les préserver pour les générations futures.

Dieter Meier nous a déjà promis qu’il ferait donation de son archive Yello et Sven Väth apportera également sa pierre à l’édifice en transmettant au MOMEM une grande partie de ses archives retraçant son histoire jusqu’à Electrica Salsa [sortie en 1986] et au-delà.
De nombreux autres artistes ont déjà manifesté leur envie de contribuer au MOMEM par des expositions, donations de collections de vinyles. Je suis sûr que de plus en plus d’artistes, de labels et de clubs leur emboîteront le pas.

Sweetlife : Il aurait été annoncé que MOMEM ouvrira ses portes à Francfort durant le mois d’avril 2018. À la fin des années 80, Francfort étant connue pour sa scène musicale électronique très vivante, est-ce que donner naissance au MOMEM au cœur de cette ville, représente pour vous une façon de faire revivre cette énergie et de rétablir Francfort comme lieu incontournable face à Berlin ?

Tout d’abord et c’est génial que vous le mentionnez car il y a eu une petite confusion du côté de certains journalistes.

Nous obtiendrons les clés du local en avril et nous espérons ouvrir avant la fin de l’année. Donc, l’OUVERTURE de MOMEM n’aura PAS LIEU EN AVRIL ! Toutefois, nous allons effectué quelques interventions visibles et faire du bruit d’ici là.

Ensuite, bien sûr que nous souhaitons que MOMEM offre une plateforme réunissant de nombreuses cellules créatives qui sont encore très actives à Francfort. On ne cherche pas à avoir une approche compétitive mais plutôt coopérative. Nous espérons aussi rassembler les esprits créatifs autour d’une conversation culturelle et intellectuelle à l’échelle nationale et internationale, afin de soutenir la vivante et évolutive scène musicale électronique puis de l’amener toujours plus haut.

momem

Sweetlife : Qu’aimeriez-vous que les visiteurs ressentent lorsqu’ils visiteront MOMEM pour la première fois ?  Peut-on s’attendre à une expérience de visite immersive ?

Pour nous, il est très important que le visiteur vive une expérience émotionnelle, participe activement à l’exposition et au mieux qu’il reparte de MOMEM en ayant appris quelque chose. Cela étant dit, je pense qu’il est essentiel que MOMEM propose des interfaces où le visiteur peut non seulement jouir d’une expérience mais aussi expérimenter avec le son et le groove, écouter des tracks, visionner des vidéos, créer des œuvres d’arts et ainsi de suite. MOMEM sera donc assurément très immersif !

Sweetlife : Quels sont vos objectifs dans un avenir proche ? 

Notre mission est de devenir une Institution dans la conservation d’archives liées à la musique électronique ainsi qu’à tout ce qui l’entoure. Notre objectif est de regrouper les collections, les archives et les objets de partout dans le monde à Francfort.
MOMEM sera une source pour en apprendre davantage, de par le biais des recherches muséales, dans un domaine qui est pour le moment très peu exploré. C’est une formidable opportunité pour la culture électronique, qui est vaste et complexe.
Chaque nouvelle arrivée d’archive recueillie au sein de MOMEM sera célébrée de façon communicative et mise en scène comme il se doit (par exemple, par un DJ set, VJ, un live, une conférence, une projection de films…), afin de connecter la vibrante communauté issue de la musique électronique à la sphère muséale.

Merci au MOMEM et à Alex Azary pour l’interview !
Retrouvez le Museum Of Modern Electronic Music sur www.momem.org et via leur page Facebook : @Momem.Frankfurt

momem-francfort-allemagne

MOMEM Interview – English version

Speaker: Alex Azary, director of MOMEM – Writers: Cindy Voitus, Laís Fratta

 

Sweetlife: How did you come up with the idea of creating the Museum Of Modern Electronic Music?

It was the idea of my long time partner Talla, who was on a Tour through the former soviet states with the Goethe Institute, holding lectures at universities about electronic music. The enthusiasm, curiosity and love for this music of the students, paired with their lack of knowledge about important basics inspired him with this idea.

Sweetlife: Will MOMEM showcase various styles of electronic music from across the spectrum?

Absolutely. The aim of MOMEM is not only to show various styles of the musical spectrum of electronic music regarding genres and styles, but also and especially the complete spectrum of creative fields connected with electronic music and club culture, such as graphic design, visuals, video, art, photography, fashion, technology as well as historical aspects in terms of scenes, cities, clubs, labels, events and artists that have contributed important impulses or set milestones.

momem-frankfurt-ausstellungsgestaltung-museum-ansicht15

Sweetlife: How did you sort out which DJs, producers, labels, festivals, fashion trends and music photographers you wanted to shed light on at MOMEM? And who did you get involved in this process?

We are team of people with each of us being an active part in the scene since the beginning of the 80s. So we are well connected and contacted the people we personally know first.
Still, this process is yet to begin. So far, our main focus was on realizing the basis for this project and that was to a large extent a political persuasive effort. Now, that the city of Frankfurt paved the way for MOMEM, we will intensify our efforts, connecting with even more players of the scene. So far our INNER CIRCLE supporters include Dieter Meier, Jean-Michel Jarre, Sven Väth, Nils Frahm, Renaat Vandepapeliere, DJ Hell, Underworld, Anthony Rother, DJ Ata, Roman Flügel and more to come.

Sweetlife: Will MOMEM’s inner circle of supporters be invited to perform live at the museum?

The basic intention of our Inner Circle is to have connected artists express their support of MOMEM with a public statement or testimonial and later on to become part of our board of curators. As I said, we are at an early stage right now, and nothing in particular is arranged so far, but most definitely the members of our Inner Circle are not only invited but most welcome to either play at or for MOMEM or contribute in any other way, such as holding a lecture, participate at a symposium or donating exhibits of their archive, which we would be proud to receive and preserve for future generations.

Dieter already promised to donate the Yello archive and Sven will also contribute with a great deal of his archive, going back to the early days of Electrica Salsa and beyond.
Plenty of other artists have already offered exhibits, record collections and so on. I’m quite sure, that more artists, labels and clubs will follow.

Sweetlife: It has been announced that MOMEM would finally open its doors in April 2018 in the city of Frankfurt. Is giving birth to MOMEM in Frankfurt a way for you to bring back to life the late 80’s vibrant electronic music scene of the city and reestablish Frankfurt as the ‘place to be’ in order to keep up with Berlin?

First of all and it’s great that you mention it, there was a slight misunderstanding by some journalists.

We will GET the premises beginning of April and hope to open before end of the year. So, OPENING will NOT BE BEGINNING OF APRIL! We will, though, do some visible and audible interventions in the meantime.

Second, for sure we hope that MOMEM will again supply a platform that can concentrate the plenty and various creative cells which are still very active in Frankfurt. Still, we are not looking at a competitive but rather at a cooperative approach and hope to also connect the national and international hot spots and creative minds in a cultural and intellectual discourse, helping to take this vibrant and always evolving scene to the next level.

momem

Sweetlife: What would you like the visitors to feel when they visit MOMEM for the very first time? How immersive is MOMEM’s visitor experience meant to be?

For us it’s very important that the visitor has an emotional experience, becoming an active part of the exhibition and leaves MOMEM with an increase of knowledge at best. Having said that, I think it’s vital for MOMEM to provide interfaces where the visitor can not only experience, but also experiment with sounds and grooves, listen to tracks, watch videos, create artworks and so on. So, MOMEM will definitely be very immersive.

Sweetlife: What are you aiming for in the near future?

Our mission is to become a storing Institution. An archive of electronic music and global electronic aspects of life. Our aim is to bundle the international collections, archives and objects in Frankfurt. MOMEM will become an academic enhancement, museologically researching. In a field, which is globally still largely unexplored. This holds a tremendous opportunity for this extensive and complex culture.
New arrivals will be communicatively celebrated and staged duly (i.e. DJs playin’, live acts, live visuals, lectures, film evenings…), closing the circle to the vibrant non-museal which this culture bears.

Thank you MOMEM and Alex Azary for the interview!
Find the Museum Of Modern Electronic Music  at www.momem.org and on Facebook : @Momem.Frankfurt