A l’occasion du festival 7001, qui se déroulera du 17 au 19 août prochain à 50 km de Berlin et dont nous sommes partenaires, nous avons rencontré l’une des artistes du line up : Nur Jaber

Dans cet interview, Nur nous parle de ses débuts, mais aussi de son label OSF, de ses futures dates et bien sur de son premier album sorti en Mai dernier intitulé If Only – A State of Peace. Rencontre. (Version française et anglaise)

Credit photo by BTD

Version française

Sweetlife: Salut Nur, on est très content de pouvoir t’interviewer aujourdh’ui. Comment vas-tu et ou es tu en ce moment ?

Nur Jaber: Salut, je suis à Berlin en ce moment.

Sweetlife: Comment s’est passé le Fusion Festival ? Est-ce que c’était la premiere fois que tu jouais labas ?

Nur Jaber: le Fusion a été un moment absolument génial. Je me sentais tellement connecté aux milliers de personnes sur le dancefloor, la musique sortait de moi! Oui, c’était ma premiere fois, je rêvé de jouer la-bas depuis 4 ans maintenant et j’étais très contente d’être invitée à jouer le premier techno set au Bachstelzen floor (NDLR : scène techno)

Découvrez une parti du set de Nur Jaber au Fusion festival ici.

Sweetlife: J’ai lu dans une interview que tu as commencé la musique electronique après ta première venue au Berghain en 2010. Peux-tu me confirmer ceci et m’expliquer comment s’est passé la suite jusqu’à maintenant?

Nur Jaber: Oui, le Berghain a été complètement le moteur de ce changement. C’est la ou tout a changé pour moi. Je me souviens d’avoir été sur le dancefloor quand Ben Klock était en train de jouer et je me suis dis à moi même « tout ce qu’il me fait ressentir maintenant, je veux un jour être la pour le rendre à d’autres personnes » Je savais alors que j’avais une mission! Mon dernier set était au Watergate en septembre 2014. J’ai commencé 2015 avec un état d’esprit complètement différent – je me sentais plus connecté à la Techno; cela m’amène au plus profond de mon esprit et j’ai aimé ça. Les choses se sont bien passées depuis. Je savais que j’avais un but et je crois que lorsque quelqu’un connait son objectif, il trouvera un moyen de l’atteindre 🙂

Sweetlife: Que faisais-tu avant au Liban ?

Nur Jaber : Je travaillais avec mon père pour gérer sa société et gérer 2 de ses hôtels à Beyrouth. Cependant, j’allais constamment à Berlin en attendant, rencontrer des gens différents connectés à la scène et en quelque sorte faire mon plan de «fuite».

Sweetlife : Ton EP précédent  “Weapons of Mass Destruction” était une revendication par rapport à la politique et aux politiciens dans le monde. Qu’en est –il pour ton album « If Only – A State of Peace » sorti en mai dernier. Quel message as-tu essayé de faire passer ? Avec qui as-tu collaboré pour cet opus ?

Nur Jaber : Mon intention pendant que j’écrivais cet album était de créer des paysages sonores qui emmènent l’auditeur dans un État, un monde, où rien ne compte vraiment sauf notre existence et notre capacité à échanger de l’amour. Un message de Paix, d’espoir et d’ouverture. Non, j’ai travaillé seule. J’utilise habituellement beaucoup d’échantillons de voix d’amis, mais sur celui-ci c’était mon propre travail.

L’EP de Nur Jaber « Weapons of Mass Destruction » à écouter ici.

Sweetlife: Depuis combien de temps bosses-tu sur cet album et quel a été le processus de réalisation ? 

Nur Jaber: Et bien, pour être honnête, j’ai eu une direction complètement différente avec l’album au début. J’ai travaillé dans une direction « techno » pendant plusieurs mois et environ deux mois avant la deadline je me suis réveillée un matin et j’ai décidé d’utiliser tout ce que j’ai appris de mon voyage musical en tant que batteur et pianiste, j’ai réécris le tout! J’ai commencé avec un état de paix et je savais que c’était ça!

Sweetlife: A l’écoute de cet album, on comprends qu’il n’est pas axé club comparé aux autres tracks que tu as pu faire par le passé notamment sur ton précédent EP “Weapons of Mass Destruction”. Peux-tu nous expliquer le parti pri du côté plus ambient/IDM ? C’était une question d’humeur ?

Nur Jaber: Oui, certainement une humeur et une chance de me mettre au défi et de voir jusqu’où je peux aller avec mes expériences musicales. Un album donne à l’artiste une chance d’expérimenter plus profondément, alors j’ai décidé d’arrêter de me concentrer sur les voix dans ma tête qui disaient: «C’est trop ringard, les gens ne vont pas aimer ça» et juste complètement ouverts. Cet album est très personnel pour moi.

Ecouter ici l’album de Nur Jaber.

Sweetlife: J’ai lu également qu’un package de remix par Dax J, UVB, Claudio Prc & P.E.A.R.L.verrait le jour en Juin. Comment s’est fait ce choix ? Est-ce des artistes avec qui tu as l’habitude de travailler ?

Nur Jaber: Ces artistes m’ont surtout influencé avec le travail qu’ils ont fait et la passion qu’ils ont. De plus, ils font partie de mon cercle d’amis 🙂

Sweetlife: On peut entendre fréquemment dans tes productions des vocaux de femmes, est-ce qu’il s’agit de ta voix ? Le chant est-t-il une part important dans ta vie ?

Nur Jaber: Les cris sont surtout moi haha. J’aime les utiliser comme un effet dans mes décors. Certains des mots font aussi partie de moi. Mais mes trésors sont les échantillons vocaux de mon amie Karina. Plus d’autres conversations inspirantes avec des amis qui peuvent se produire dans différentes situations.

Sweetlife: Pourquoi avoir appeler ton label (OSF) On s’en fou ?

Nur Jaber: Longue histoire courte, le nom était pour la ligne de sacs à main de ma soeur basée à Paris. Elle a changé le nom parce qu’il était trompeur pour le monde de la mode, alors j’ai décidé de prendre le nom et le logo. De plus, je pense que cela correspond vraiment à la direction d’où nous venons. Qu’importe la gravité de la situation à Beyrouth, nous allons aller de l’avant et élargir nos connaissances pour redonner autant que nous le pouvons.

Sweetlife: Qu’en est-il de OSF, ton label, quels sont les futures plans ?

Nur Jaber: Le remix de l’EP est à venir et une version du mien aussi; inspiré par ma maison Beyrouth et l’influence que Berlin a eu sur moi. De plus, il y a une sous-étiquette à venir sous OSF. Vous en saurez plus à ce sujet bientôt;)

Sweetlife: Nur, tu es un peu le fer de lance de ton pays cncernant la techno. Que penses-tu de la scène electronique dans ton pays ? As-tu des artistes émergents à nous communiquer ?

Nur Jaber : Ça va définitivement mieux là-bas! Plus de promoteurs organisent des fêtes et plus d’artistes émergent. Je pense que nous allons dans une bonne direction. Ramzi et Rami sont définitivement mon duo préféré en ce moment.

Découvrez Ramzi & Rami ici.

Sweetlife: D’ailleurs comment sélectionnes-tu les artistes avec qui tu veux collaborer ?

Nur Jaber : Ça dépend. Mais la plupart du temps, je travaille avec des amis et nous collaborons parce que cela semble juste. J’espère vraiment recevoir plus de démos dans le futur, j’aimerais travailler avec plus d’artistes à venir!

Sweetlife: Peux tu nous parler de Nur, la femme et non la DJ productrice. Quest-ce que tu aimes ? Que fais tu quand tu n’est pas derrière les platines ou en studio ?

Nur Jaber : Je travaille constamment sur moi-même et sur les façons de guérir mes blessures passées. Je médite beaucoup et c’est l’une des plus grandes passions que j’ai, de continuer à grandir en interne pour pouvoir communiquer avec autant de personnes que possible à travers la musique. J’aime aussi lire des livres et m’asseoir dans les cafés. Je suis obsédé par le bon café! Un autre truc aussi, c’est la Nature, ça marche pour me recharger d’énergie et d’inspiration.

Sweetlife: Comment la saison d’été s’annonce pour toi ? As-tu des attentes particulières ?

Nur Jaber : Eh bien, j’attends avec impatience toutes mes dates et les nouvelles pistes de danse! Je suis assez excitée! Je travaille aussi sur mon deuxième album, donc ça va aussi prendre une grosse part de mon temps.

Sweetlife: Tu joues au Berghain le 21 juillet prochain. Comment tu te sens avant une prestation comme celle ci ? Est-ce un sentiment different que de jouer dans d’autres clubs ? Une préparation differente ?

Nur Jaber : le Berghain est l’endroit où tout est arrivé pour moi. Je suis donc toujours nerveuse environ 1 semaine à 2 semaines avant d’y jouer et oui je me prépare d’une manière où je me mets au défi de tester de nouveaux samples et de nouvelles techniques à ajouter à mes sets. L’utilisation de ma voix en direct a commencé là réellement. J’attends toujours avec impatience cette belle liaison que je reçois des danseurs.

Sweetlife: Nur, tu joue au festival 7001, festival qui a lieu pour la premiere fois cette année. As-tu visiter les lieux déjà ? J’ai lu qu’il y avait deux scènes, l’une plus ambiante, l’autre plutot techno. Quel musique va tu nous faire ?

Nur Jaber : Non, je n’y suis pas allé. Je joue un set techno! J’attends ça avec impatience!

Sweetlife: Un dernier mot ou conseil pour tous les DJ producteurs DJ débutants ?

Nur Jaber: Continuez, tout viendra à ceux qui pratiquent et croient!

Sweetlife: Merci beaucoup Nur pour le temps consacré à cette interview, à bientôt.

Nur Jaber: Merci 😉

English version

 

Sweetlife: Hi Nur, we are very pleased to host you. How are you ? Where are you now ?

Nur Jaber: Hi! I’m in Berlin right now

Sweetlife: How was Fusion festival ? It was your first time as a DJ there ?

Nur Jaber: Fusion was absolutely magical, I felt so connected to the 1000s of people on the dancefloor, the music was just flowing out of me! Yes, it was my first time. I’ve dreamt of playing there for about 4 years now and was really happy to be invited to play the first techno set at the Bachstelzen floor.

Sweetlife: I read in a interview, you started electronic music after your first Berghain in 2010 as a raver. Could you confirm this and could you explain how the next things happened until now ?

Nur Jaber: Yes, Berghain was definitely the fuel to this move. It’s where it all changed for me. I remember being on the dance floor when Ben Klock was playing & saying to myself ‘whatever he is making me feel right now, I wanna be up there some day giving it back to other people.’ I knew then & there that I had a mission! My last house set was at Watergate in Sep 2014. I entered 2015 with a completely different mind set – I just felt more connected to Techno; it takes me to the deepest parts of my mind & I liked that. Things just moved nicely since then. I knew I had a purpose & I believe that when someone knows their purpose they’ll find a way to achieve it 🙂

Sweetlife: What did you do before electronic music in Lebanon ?

Nur Jaber: I was working with my father in handling his company & managing 2 of his hotels in Beirut. I was constantly going to berlin in the mean time though, meeting different people connected to the scene & somehow making my ‘escape’ plan.

Sweetlife: Your previous EP « Weapons of Mass Destruction » was a tribute for the politicians of the world.
What about « If Only – A State of Peace » , your album out in may on your label OSF. What message did you want to convey? Did you collaborate with some people for this opus ?

Nur Jaber: My intention while writing the album was to create soundscapes that takes the listener into a State, a world, where nothing really matters except our existence and our ability to exchange love. A message of Peace, hope & openness. Nope, I worked on my own. I usually use a lot of voice samples from friends, but on this one it was all my own work.

Sweetlife: Since how long time did you work on this album and what was the work processus to realise it ?

Nur Jaber: Well, to be honest, I had a completely different direction with the album at first. I worked on a techno direction for a few months & then about 2 months before the deadline I had set for myself, I woke up one morning & decided to use everything I learnt from my musical journey as a drummer & pianist and just re-wrote the whole thing! I started with a State of Peace and I knew this was it!

Sweetlife: Listening to this album, we understand that it is not focused club music compared to other tracks that you have done in the past including your previous EP « Weapons of Mass Destruction ». Can you explain the musical commitment more ambient / IDM? It was a mood question ?

Nur Jaber: Yes, definitely a mood & a chance to challenge myself and see how far I can go with my musical experiences. An album gives the artist a chance to experiment way deeper, so I decided to stop focussing on the voices in my head that were saying ‘this is too cheesy, people won’t like it’ and just completely opened up. This album is very personal to me.

Sweetlife: I also read, there will be a remix package about your album with some remix from Dax J, UVB, Claudio Prc & P.E.A.R.L in June. How did you do this choice ? Are these artists with whom you are used to working?

Nur Jaber: These artists mostly influenced me with the work they’ve done & the passion they have. Plus they’re part of my friend circle 🙂

Sweetlife: We can listen often some female vocals on your productions. Is it you ? Is singing an important part of your life?

Nur Jaber: The screams are mostly me haha. I like to use those as an effect in my sets. Some of the words are also a part of me. But my most treasures are the vocal samples from my friend Karina. Plus other inspirational conversations with friends that can happen in different situations.

Sweetlife: Why did you named your label OSF « On s’en fou » (We don’t care in english) ?

Nur Jaber: Long story short, the name was for my sister’s handbag line based in Paris. She changed the name because of it being misleading to the fashion world, so I decided to take the name & logo. Plus I think it really fits with the direction of where we come from. That no matter how bad the situation is back Home in Beirut, we will move forward and expand our knowledge to give back as much as we can.

Sweetlife: What do you have forthcoming on your label OSF?

Nur Jaber: The remix EP is coming up & a release of my own as well; inspired by my home Beirut & the influence berlin has had on me. Plus there is a sub label coming up under OSF. You’ll know more about that soon 😉

Sweetlife: Nur, you are a bit like a leader in techno music in your country.  What do you think about the techno underground scene there ?  Do you have some emerging artists to communicate us ?

Nur Jaber: It’s definitely getting better there! More promoters are throwing parties & more artists are emerging. I think we are going in a nice direction. Ramzi & Rami are definitely my favourite duo at the moment.

Sweetlife: By the way, how do you select the artists you want to collaborate with for your label ?

Nur Jaber: It depends. But most of the times I work with friends and we collaborate because it feels right. I really hope to receive more demos in the future, would love to work with more upcoming artists!

Sweetlife: Could you speak about Nur, the woman, and not the DJ-producer. What do you like to do when you are not behind the decks or in studio ? Any passion ?

Nur Jaber: I am constantly working on my self & on ways to heal my past wounds. I meditate a lot & this is one of the greatest passions I have, to keep growing internally so that I can connect with as many people as I can through music.

I also love reading books & sitting in coffee shops. I’m obsessed with good coffee! Another one is Nature walks to keep me recharged with energy & inspiration.

Sweetlife: What are the expectations/plans for your summer season so far?

Nur Jaber: Well, I’m looking forward to all my gigs and the new dance floors I’ll be coming across at this time! I’m pretty excited! I’m also working on my second album, so that will take a big check of my time as well.

Sweetlife: You are playing at Berghain on the 21 of July. How are you feeling before a gig like that ? Is it different feeling  than the other venues ? A different preparation ?

Nur Jaber: Berghain is where it all happened for me. So i am definitely always about 1 week to 2 weeks nervous before I play there and yes I prepare in a way where I challenge myself to test out new samples & new techniques to add into my sets. Using my vocals live started there actually. I am always looking forward to that beautiful connection I get in there from the dancers.

Sweetlife: Nur, you are playing at 7001 festival. It’s the first edition this year. Have you visited the venue ? there will be two stages, one more techno, one more ambient music, wich kind of DJ set will you playing there ?

Nur Jaber: No, i haven’t been there. I’m definitely playing a techno set! looking forward to that for sure!

Sweetlife: A last word or advice for all dj producers beginners ?

Nur Jaber: Keep going, everything will come to those who practice & believe!

Sweetlife: Thanks a lot for your time Nur. Have a good day.

Nur Jaber: Thanks 🙂

Achetez vos tickets dès maintenant pour le 7001 ici

Site internet du festival ici