Vendredi 17 août, Berlin, sous un grand soleil aux alentours de 18h, nous nous dirigeons vers la station Ostbahnhof, point de RDV des bus en partance pour le festival 7001.

7001, quest-ce que c’est en fait ? Rappel des faits.

Le 7001 est un festival de musiques électroniques prenant place pour la première fois cette année.
Situé à environ 50 km au Nord de Berlin, le festival de trois jours à pris place dans un endroit quelque peu post-apocalyptique : un vieux complexe de casernes militaires laissé à l’abandon qui avait pour but de protéger des membres de l’ancien ministère intérieur de la RDA en cas d’attaque nucléaire.

Du côté de la programmation, on comptait quelques belles têtes d’affiche comme le DJ/producteur américain DVS1, les français Shlomo et Antigone, ou encore l’incollable du vinyle bien connu pour ces closings musclés au Berghain; Freddy K.

Une panoplie d’artistes moins populaires niveau mondial mais très présents sur la scène berlinoise étaient également présents (comme les résidents du Griessmühle Tham et Acierate ou encore l’une des fondatrices du collectif anglais-allemand MOTZ; Jasmine Azarian)

C’est donc après 1H10 de bus affrété spécialement pour le festival que nous découvrons l’endroit.. Tout d’abord nous passons par le camping. Ce dernier est installé autour de bâtiments vides, autrefois utilisés comme casernes et situé à deux pas de la forêt accessible à tous (l’idéal pour se poser faire une sieste au frais avant ou après le festival, ou tout simplement pour se balader)

Multiples points positifs sont à évoqués sur le camping : tout d’abord le fait qu’il se situe à 5 minutes à pieds du festival, la possibilité de ramener de l’alcool, de faire un BBQ, les multiples zones d’ombres.

C’est donc après cinq minutes de marche que nous arrivons sur le festival.

Nous découvrons les scènes : la plus petite abritée, et la scène principale dehors ou le DJ booth se situe entre deux énormes portes en acier rouillé avec des haut-parleurs VOID empilés de chaque côté. Au-delà des épaisses portes en acier se trouvait un long tunnel sombre éclairé par des bandes LED et des lasers, conduisant à des pièces qui autrefois auraient protégé les fonctionnaires du ministère en cas de catastrophe imminente.

Le décor est minimaliste et nu laissant ainsi place à une ambiance sombre et industrielle.

Le festival 7001 a également ouvert un espace dédié à l’art portant le nom de “KITA 2000” regroupant 29 pièces exposant 34 artistes, le tout sur trois jours. La possibilité donc pour les festivaliers de profiter d’arts visuels et tactiles dans un ancien building militaire.

Photo : Apoline Guédon – Art Bei Ton

 

Photo : Apoline Guédon – Art Bei Ton

 

Photo : Apoline Guédon – Art Bei Ton


Lors de notre premiere journée, un premier point négatif survient, les rumeurs vont bon train, on annonce l’annulation de Mama Snake et celle du trio berlinois FJAAK (pour raisons financières apparement) remplacés par le duo Annanan. Mama Snake sera remplacé par Tham qui poursuivra donc son set de 3h en plus, soit un total de 6h pour l’allemand. 

Nous pourrons également souligné les nombreux coins chill dans le festival, que ca soit dans des endroits plus naturels avec de l’herbe et des arbres partout au calme loin de la musique ou a contrario dans des endroits plus bétonnés avec la possibilité de toujours écouter la musique.

Aussi, la liberté à l’intérieur du festival est à signaler avec la possibilité de ramener son propre alcool sur les scènes.

Il y avait aussi une scène ambient près du camping afin de planer en délicatesse avant de reprendre du poil de la bête.

Du côté de nos prestations préférées, on retiendra l’efficace et transcendant passage de DVS1. Un pure voyage sensoriel de qualité agrémenté de bells et autre nappes acide. Une énergie littéralement transmissible sur le dancefloor

Le set de 6h de Tham le premier jour du festival a également fait l’unanimité, le DJ résident du Griessmuhle de Berlin ayant pour la particularité de jouer une techno rave rapide maintiendra une cadence infernale pendant ces six heures de set.

Enfin,  nous pourrons évoquer la prestation de l’anglaise Stephanie Sykes le live de Janice.

Malheureusement toutes les bonnes choses ayant une fin, le bunker de Freudenberg ne sera plus dans les années à venir. En effet, le site sera transformé en une sorte de campus technologique pour les entreprises.

En bref, la musique techno a donc ici était remise au centre des attentions loin des superficialités et des chichis en tout genre, dans un endroit épuré et authentique.

Les points positifs

  • La proximité du camping au festival (5 minutes de marche)
  • Le systeme son intégralement VOID réglé à la perfection
  • Le lieu épuré, atypique et mystérieux
  • L’exposition Kitta 2000
  • Des sets de 3h pour chaque artiste se produisant en DJ set ( nous sommes bien loin des festivals qui book des artistes pour 1H30 afin de caser le plus possible de noms sur le line up)
  • L’intimité du festival (nous étions 2500)

Les points negatifs

  • Le prix des navettes au retour qui a augmenté de 5 euros sans aucune raison alors que le bus n’était pas plein.
  • Des toilettes non réapprovisionnés
  • La scène ambient non mise en valeur (isolé, sans aucun coin d’herbe pour se poser et entièrement bétonné, un peu loin de l’ambiance ambiant dédiée à se poser et à relaxer.)

A la question « Le 7001 festival a-t-il convaincu ? Notre réponse est donc un OUI!

Crédit photos : Duncographic