Depuis plusieurs décennies, les bordelais se plaignent du manque d’infrastructures culturelles pouvant accueillir convenablement des concerts. Après l’ouverture de l’Arena en janvier dernier, c’est au tour de la Salle des Fêtes du Grand Parc de (ré)ouvrir ses portes pour le plus grand bonheur des amateurs de musique live.

La Salle des Fêtes du Grand parc était la principale salle de concert du Bordeaux des années 80 et l’épicentre de la scène rock et alternative. Des figures telles que Iron Maiden, The Cure, Les Ramones, Motörhead, Metallica ou encore Iggy Pop s’y sont produit.

Délaissée dans les années 90, elle renaît dans le cadre d’un projet d’aménagement en 2018. Pour sa première soirée électronique, c’est le collectif local WattsArt qui en a pris les commandes.

Née en 2017 avec la promesse de dynamiser l’électronique dans la capitale girondine, l’association a organisé depuis pas moins de 29 évènements, devenant ainsi l’un des moteurs de la vie électronique bordelaise. Cette hyperactivité se double de qualité grâce à des plateaux d’artistes de haute volée : Several Définitions (Diyanamic), Dustin Zahn (Drumcode), Teenage Mutants (Still vor Talent), Loco&Jam (Suara), Johannes Brecht (Diyanamic) ou encore Raul Mezcolanza (Elrow). Des gros noms mais surtout des évènements accueillants et des tarifs accessibles.

Pour le baptême électronique de la Salle des Fêtes, WattsArt  s’est associé à l’agence DiazProd pour inviter les monuments allemands Extrawelt et le mexicain Machino, tous deux en live. L’acoustique irréprochable de la salle permettait de saisir chaque subtilité des machines utilisées, et ses nombreux accès autorisaient une circulation fluide entre les différents espaces. Un plaisir pour les oreilles malheureusement écourté, au grand dam du duo allemand revenu plus tard pour réconforter le public déçu.

Cette soirée a montré tout le potentiel de ce qui pourrait devenir un lieu incontournable des soirées électroniques bordelaises. Un nouveau rendez-vous y est déjà fixé par l’IBoat cette fois, avec la venu de AZF et Shlømo qui viendront tester les limites de l’isolation sonore du nouveau bâtiment.