Longeant les quais de l’Île des Impressionnistes à Chatou, l’atmosphère est rythmée par les bpm qui retentissent depuis le site où prend place Elektric Park.
Dans un cadre bucolique, se trouvent les 4 scènes du festival et une foule énergique. C’est ici, au coeur d’une végétation luxuriante surplombée par un ciel bleu et un soleil au beau fixe, que débute l’événement !
Le festival Elektric Park offre une programmation musicale riche et diversifiée. La massive Yellow stage est housy, non loin d’ici la scène Red érige un pont entre l’univers de la psytrance et celui de l’hardcore, la Green héberge de la techno, et la Black stage invite les talents émergents !

Elektric Park Festival 2018. Photo : Cindy Voitus

Pendant 13 heures de musique non-stop, les températures grimpent vite sur les sons des phénomènes de la psytrance israélienne. Azax et Ace Ventura embarquent le public dans un trip dès les premières minutes de l’après-midi !
Pendant ce temps, Corvad, suivi par Citizen Kain, ont pris d’assaut la Green stage, succédés par Giorgia Angiuli qui démontre ses talents pour le live en créant des sons tour à tour avec divers jouets comme elle seule en a le secret. Puis retour rapide sur la Red stage, il y a une foule en délire, bras levés vers les nuages, se balançant de droite à gauche, guidée par l’exubérante énergie de Neelix !

Giorgia Angiuli, Elektric Park Festival 2018. Photo : Cindy Voitus

Des images plein les yeux et le corps empli des vibrations de la musique, direction la scène principale, où des milliers de festivaliers colorent le ciel de Chatou. A chaque changement d’artiste, sont distribués des sachets de poudres colorées aux abords de la Yellow stage, cela fait penser au festival Holi en Inde. Au coeur de ce décor enchanteur et ensoleillé, se succèdent les uns après les autres, les sets d’1 heure de Fakear, Feder et Hugel.

Elektric Park Festival 2018
Elektric Park Festival 2018. Photo : Cindy Voitus

De retour sur la Green stage, ANNA est aux commandes et envoie du lourd jusqu’à l’arrivée du légendaire Sven Väth ! Il est 18h et pendant 2 heures il fera voyager le public à travers le temps. Le vinyle « Vamp » d’Outlander [R & S Records] atterrit sur les platines et au loin des festivaliers, rayonnant de bonheur, improvisent une danse collective et synchronisée sur ce track. La musique connecte et crée du lien, c’est l’essence même d’un festival !

Sven Väth, Elektric Park Festival 2018. Photo : Cindy Voitus

Plus les heures passent, plus l’énergie globale devient intense et hypnotique. Sur la scène principale, DJ Getdown agite la foule en passant divers styles de musique dont « Great Spirit » de Armin Van Buuren Vs Vini Vici Feat. Hilight Tribe. Sous le coucher du soleil, il stimule vivement l’audience, aux côtés de son acolyte Roman Yeager.

La soirée commence et l’enfer a pris place sur la Red stage avec le set de Detest vs The Satan. De la psytrance, il est à présent l’heure pour l’hardcore. Des faisceaux lumineux rouges sang et verts émeraude transpercent la nuit, ils dansent au dessus de la foule. La scénographie pendant ce set était à couper le souffle !!

Detest vs The Satan, Elektric Park Festival 2018. Photo : Cindy Voitus

Dans un rythme effréné, en faisant une halte pour écouter Catz ‘N Dogz sur la scène Green, le set de Joachim Garraud s’apprête à commencer sur la Yellow stage. Sur cette scène principale dominant la foule, il raconte avec nostalgie qu’il y a 9 ans, il souhaitait organiser un festival entre amis. A l’époque, la réponse du maire de Chatou fut « OUI », et c’est comme ça que débuta l’aventure de l’INOX, ancien nom du festival actuel, qui depuis 2017 se prénomme Elektric Park Festival.
Joachim Garraud clôture son set sur une note d’opéra.

A 23h30, Radical Redemption, producteur de hardstyle néerlandais, fermera la scène Red, POPOF quant à lui procédera à l’atterrissage du voyage musical de la Green stage après le set de Catz ‘N Dogz, tandis que sur la Yellow stage, Aazar B2B Tony Romera clôtureront un peu plus tard la scène principale.

 

Les plus : 

  • Foule heureuse, dont des personnes costumées (licorne, Casa de Papel, Clown, Mario Bros, radar routier, Joker…)
  • Diversité des univers musicaux
  • Scénographie de nuit (lasers, flammes…), de jour (nuages de couleur, feu…)
  • Cadre verdoyant et environnement sécuritaire
  • Grande fluidité des transactions avec le système cashless
  • Convivialité et accessibilité

 

En attendant la prochaine édition, rejoignez Elektric Park Festival sur les réseaux sociaux et restez à l’affût car leur aftermovie y sera bientôt publié :

 

Crédit photos : Cindy Voitus | Facebook : @CindyVoitusVisuals