Le Laboratoire Electro

Pour les passionnés de musique electronique, Orbits Festival c’est à mettre absolument dans la to-do-list Festival 2019 !

En ce jour d’équinoxe, je replonge dans le souvenir de ce doux et passionnant passage au solstice d’été 2018.
La folie et la chaleurs de ces derniers mois estompés, je reviens sur la première édition de ce festival.

 

Pour se mettre dans l’ambiance,

je lance la playlist faites par les festivaliers. Elle commence par le titre de  Nuel – Caustic [SEMANTICA86] qui défini une belle partie de l’atmosphère du festival (joué une première fois par le suèdois Evigt Morker  puis  une autre par le japonais Wata Igarashi, sur qui j’aurai le plaisir de revenir un peu plus tard).

On plante le décor

– c’est donc une première édition,
– 4uarte jours pour fêter le solstice d’été du 21 au 24 juin,
– open air,
au coeur de la faune et flore portugaise
– 32 noms à l’affiche, dont les plus connus sont Peter Van Hoesen, Sebastian Mullaert, Dj Deep  et Efdemin. D’autres  beaucoup plus mystérieux sont annoncés comme Blind Observatory, Hydrangea ou encore Aurora Halal.
Un line up de style Ambiant; Dub; Experimental; Deep; Techno, audacieux, subtil et original.

A première vue, cela paraît un paris risqué mais quand on connait les investigateurs du projet, on est de suite mis en confiance.

 

Au commande, deux protagonistes, pures activistes de la scène électronique du nord du Portugal :
Yassine Peixoto et Pedro Rodrigues dit Phil.
Ces noms qui sont directement lié à la gestion du Temple Sacré de la Techno ici, le Gare Porto, gage de grande qualité dans le monde de la techno.
C’est dans ce lieu qu’est abordé le concept pour la première fois, en janvier 2017.

Suite une conversation entre ces deux associés, il vient à l’esprit la nécessité de démarquer leurs évènements des productions externes.
C’est ainsi que naissent les nuits « Orbits » a caractère plus introspectif, mystérieux,  de réflexion et de hypnose, loin de ce qu’on retrouve dans les ambiances clubbing. Termes employés par Yassine, lors d’un échange par email.
Ils présentent des artistes tels que Paula Temple, Bem Sims, Artefakt, Jonas Kopp ou encore Daj X. Toujours appuyé par de solides talents nationaux comme Amulador, Tiago Fragateiro ou le duo Ruuar, qu’on retrouve d’ailleurs sur le line up du festival.

 

« Ces évènements représentent
l’état embryonnaire du festival. » Yassine

 

Maintenant : Le vif du sujet

Jeudi 21 – Déception

Le RDV est donné à 20h au Campismo de São Gião – Oliveira do Hospital, qui se situe à 2h de Porto et 3h de Lisbonne. Pas forcément simple de s’y rendre, mais pour ce faire l’organisation à mis à disposition quelques mini-bus.

En ce premier jour de festival, on retrouve beaucoup de locaux programmés derrière le cabine comme nos lisboetes VIL et Temudo, qui malheureusement n’auront pas l’occasion de jouer comme prévu suite à des pluies diluviennes qui se sont abattues sur cette scène ouverte et unique.
A ce moment précis le festival est techniquement en péril.
Pour la sécurité de tous, le show est suspendu dans l’attente de meilleurs conditions.

 

Vendredi 22 juin – Que l’expérience commence!

Grand soleil et chaleur!
Soulagement pour tous, la fête va enfin pouvoir commencer.

Je n’ai malheureusement pas pu assisté à cette « première » nuit, mais le retour de quelques festivaliers me font regrettés sévèrement d’avoir rater les performances de Aurora Halal, Jacopo et Peter Van Hoesen.
Pour lot de consolation, le lien recorded live Jacopo sur soundcloud.

 

Samedi 23 juin : terre promise !
Découverte du laboratoire

Je connais déjà les lieux pour y avoir passé des moments heureux lors d’un autre festival quelques années auparavant. C’est au creux d’une vallée où passe une douce rivière avec son barrage et sa petite île.
Pour l’occasion, au milieu de cette piscine naturel, flotte un grand banc.
Tout le long de la rivière, sur le chemin reliant le camping à la piste, plusieurs emplacements cocooning sont aménagés, parsemés de décorations en tout genre. On découvre un massif et magnifique bar, suivi de suite par une scène unique de taille « humaine ».
L’ensemble est essentiellement réalisé en bois, bois récupérés dans les alentours du camping. Zone qui a été ravagé l’année précédente par de terribles incendies.

Nos valises sont posées, les repères sont pris.
On se rapproche un peu plus de cette intrigante scène. De mon point de vue, elle représente clairement un oeil.
Une photo pour votre propre appréciation :

Orbits festival 2018 – Kinetic

Ces « cils » autour cette toile circulaire animée de projections, nous feront voyager au plus profond de l’univers et de notre intérieur.
Cette proposition a totalement séduit l’ensemble du public par sa beauté, son originalité et sa cohérence avec le thème.


On a aussi le grand plaisir de découvrir deux belles grappes de son d&b. Je les remercie à genoux pour ce choix.

Il est 21h. Le soleil se couche. La piste commence à prendre le rythme entêtant que nous aimons tant, sous le liveset du duo Retina.it.
Le ton est donné ! On est sur des sonorités pointues et subtiles, d’une précision et d’un univers hors du commun. Nous sommes comme les spectateurs d’une opération à coeur ouvert. À partir de ce moment, l’attention ne redescendra plus jusqu’au petit matin.

Le relais est fait parfaitement par Evigt Mörker live/dj set. Vient Blind Observatory avec des sons profonds et planants sur un rythme lourd et appuyé. Il nous emmène dans un monde étrange et mystérieux.
Il est suivi par l’incroyable set de Wata Igarashi!
Me concernant, c’est la claque du festival.
En plein laboratoire, Wata distille chaque sonorité pour en extraire l’essence même.
J’aurai cru assister à la création d’un outil encore jamais créé, réalisé par une technologie de pointe: la nanomusic!
Une expérience unique venue du futur, complétement hypnotisante!
Une expérience de laquelle, je ne me suis pas encore remise…

A ce moment là, mes sens sont exaltées au maximum et pour en rajouter, la nature décide de s’y mettre!
Une fine et basse couche de brume entremêler d’aigrettes de pissenlit (oui, d’aigrettes de pissenlit) c’est mis lentement mais surement à inondé toute la vallée. Vision complètement surréaliste dans un cadre totalement enchanteresque.

La matinée se finira sur le live de Yagya,  avec une pause sonore, laissant ainsi le temps de « se reposer », de se détendre et d’apprécier les divers spots et décorations.
Un coup de coeur pour l’attrape rêve géant suspendu au dessus de la rivière et pour la balançoire en étoiles 4 personnes, qui nous aura diverti une bonne partie de la journée.

La musique reprend à 14h avec Hydrangena, A Sacred Geometry live et Hiver. De la musique d’ambient dub experimental chirugical, tout tranquillou, en cohésion parfaite avec cette après-midi chill et baignade.
Sur un dancefloor un peu endormi, arrives Marco Shuttle (rencontré sur la piste peu avant ) en b2b avec Efdemin. Leurs entrains groovy et leur kick relancent l’énergie du public. On serait « presque » prêt à enchainer sur une nouvelle soirée. Celle-ci se clôtura à 3h du matin par le set techno inattendu et pleins d’émotions des deux protagonistes Yassine et Phil.

 

C’est avec le sourire au lèvres, le coeur plein de rêve et les pieds en compote que nous repartirons le lendemain.

 

Si je devais proposer une amélioration, ça serait de communiquer plus sur leurs actions environnementales et pourquoi pas, crée des activités l’après-midi autour de la décoration faites en matière récupéré.

Quoiqu’il en soit, c’est avec grand plaisir que  je serais présente à la prochaine édition.

Quelques commentaires laissés par les festivaliers:

Frank de Tank « This is the place were I rediscovered the grandness of techno, the deepness of the music and the attitude of the people. The vibe of unity, love and respect that formed within this little world of positive people was incredible. I still carry this renewed power and thrust within me today. I can’t thank the crew, organisors, the food people and the attendees enough for making this a one in a lifetime experience. My heart goes out to you all!

Inconnu « the secret weapons were unleashed. festival highlight for me and many others! »

Inconnu
« Somewhere between earth and sky« 

Carla Mendes
« Beyond the veils of illusion
just a hearbeat away
find again what u lost
follow the laws laid down long ago
open your heart to the secret path
find the key to a deeper reality » Orbits is the place… Thank you so much!!! »
🌲🍃🌱💚🍀🌿

Quelques chiffres pour finir :
– 750 personnes sont venues de tout les continents. 26 pays au total
– une équipe de production et montage de 20 personnes venant du Japon, Suisse, USA, Argentina, Italie, Brasil et Portugal.
– 80% des matières utilisées pour les installations et décorations ont été faite avec du bois brulés, récupérés par l’équipe.
Infos : Nuno Beira responsable de Production.

Toutes mes félicitations à cette organisation qui aura su démontrer créativité, courage, détermination et un certain savoir recevoir.

Article écrit par « A balarinha »
dit aussi Robertine Tech’in

 PS : Pour les impatiens, il reste toujours les events Orbits et Landscapes au Gare Porto 😉