A quelques jours du Voltage festival dont nous vous parlons ici, nous avons rencontré Steven Van Belle a.k.a. Parallel Circuit, fondateur de ce festival et DJ. Retrouvez ci-dessous notre interview, version française et anglaise.

Parallel Circuit est le fondateur et le label manager de Form and Function. Un label belge responsable des débuts d’artistes comme A. Brehme, Kafim, Atis et bien plus encore. À côté de cela, il est également le fondateur, organisateur principal et booker du Voltage Festival que vous connaissez sans doute tous. Voltage est l’un des plus grands rassemblements techno du pays, accueillant des festivaliers du monde entier et proposant plusieurs scènes techno dans tous ses sous-genres. Voltage a récemment lancé son propre label, accueillant certains des plus grands noms de la scène aux côtés de jeunes et brillants talents mondiaux.

– Version française –

Salut Steven et merci pour le temps accordé à cette interview 🙂

Sweetlife: Quelle a été dès le départ votre motivation à la création du Voltage Festival? 

Steven: Pour deux très simples raisons. La première est le charmant endroit ou nous faisons le festival:  Transfo Zwevegem. Cet endroit est aussi industriel que ça le devient. Quand je l’ai visité, j’ai su tout de suite que je voulais organiser un festival ici. Le paysage est tellement beau que nous avons en fait eu besoin d’en faire peu en terme de décoration. J’ai encore la chaire de poule à chaque fois que je visite cet endroit.

La deuxième raison est que en temps que passionné de techno hard et amoureux de musique dark je n’ai pas eu de festival offrant ce que je voulais entendre et voir en Belgique. Les deux ensemble ont clairement montré que je devais créer un festival sur-le-champ.

Sweetlife: Racontez nous l’histoire de ce lieu incroyable. Comment vous est venue l’idée de faire un festival au milieu de l’ancienne centrale électrique de Zwevegem?

Steven: En 2013, j’ai commencé avec l’émission de radio Ohm sur une chaîne locale et peu de temps après, un ami et moi-même voulions organiser nos premiers événements. Nous étions censés faire le premier dans un hangar appartenant à la famille de mon ami. Apparemment, il n’en a pas parlé à ses parents – et ils l’ont appris quelques jours avant l’événement. À ce stade, nous avions déjà consacré une bonne partie de nos économies personnelles à ce projet. Nous avons donc dû chercher un nouvel emplacement très rapidement. Heureusement, les choses ont fonctionné à la fin puisque nous avons pu organiser cette soirée sur le site de Transfo (l’emplacement actuel de Voltage Festival). J’étais amoureux de l’emplacement. À partir de ce moment-là, j’ai eu envie de lancer un jour un festival approprié.

Un an plus tard, nous avons remis nos plans officiels du festival au conseil municipal, mais nous étions trop en retard. Un autre promoteur avait déjà jeté un œil à cet endroit avant nous et nous avons dû abandonner notre rêve. Après quelques mois, il s’est avéré que le promoteur avait abandonné son projet d’organiser un festival sur place car il estimait que ce n’était pas assez grand pour lui. La taille n’était pas un problème pour nous. Au contraire, un festival de relativement petite envergure faisait cruellement défaut en Belgique à l’époque. La ville de Zwevegem était à bord et nous soutient depuis la première édition du Voltage Festival en 2015.

Sweetlife: Aujourd’hui le Voltage Festival fête ses 5 ans. Quels sont les nouveaux enjeux pour vous cette année?

Steven: Pour célébrer nos cinq années d’existence, nous avons sorti une compil vinyles 4×12 avec des artistes comme 999999999, Shlomo, Phara, Orphx, Inigo Kennedy et bien d’autres. Cela marque le début de notre propre label Voltage dont vous entendrez beaucoup parler à l’avenir.

En ce qui concerne le festival, nous allons continuer sur la base que nous avons établie l’année dernière. Nous avons beaucoup changé  le festival depuis que tout a commencé. Les réactions ont été très positives et nous n’allons pas tout jeter de nouveau par la fenêtre. Les scènes seront un peu plus grandes, nous ferons beaucoup de petites améliorations qui devraient faciliter le flux et l’expérience festival.

Sweetlife: La nouveauté cette année, ce sont les “cartes blanches” données au collectif Deep In House, également fondateur du club bruxellois C12 et Possession, collectif parisien célèbre pour leurs warehouses. Comment a été prise la décision d’accueillir une scène avec Deep In House?

Steven: Je suis un visiteur fréquent de C12 et j’aime beaucoup cet endroit. Nous partageons beaucoup de valeurs communes et comme je voulais une scène avec une techno plus profonde et psychédélique, ils étaient de loin le choix le plus évident. Je suis heureux de les avoir à bord car ils sont l’un des rares en Belgique à oser prendre des risques et à apporter quelque chose de différent. Je les respecte beaucoup.

Sweetlife: Pourquoi avoir choisi de faire une place à Possession dans votre organisation?

Steven: Tout comme Deep In House, nous partageons beaucoup de valeurs similaires. Possession est brutale et dure. Cela remonte à l’essence même de la musique techno. Comme nous attirons beaucoup de visiteurs français, nous avons pensé qu’il était naturel d’inviter un collectif français à tenir une scène. Comme Possession est la plus grande et la plus audacieuse rave de France, ils étaient notre favori numéro un. Nous sommes très heureux qu’ils aient dit oui et qu’ils organisent leur tout premier festival au festival Voltage. C’est forcément quelque chose de spécial!

Sweetlife: Est-ce que la Belgique a une place importante dans l’industrie « festival »?

Steven: Je pense que nous sommes très gâtés quand il s’agit de festivals. Nous sommes un super petit pays, mais nous avons certains des festivals les plus connus au monde comme Tomorrowland, mais également des festivals tels que Dour, Pukkelpop, Rock Werchter, Extrema Outdoor et d’autres petits festivals tels que Paradise City, Meakusma et HORST qui ont bien grandis ces dernières années.

Nous avons sûrement quelques festivals qui ont une importance dans l’industrie mondiale du festival et qui établissent les tendances à leur manière.

Sweetlife: C’est quoi l’esprit Voltage?

Steven: C’est l’essence de la rave! Il s’agit d’apprécier la musique et de découvrir de nouveaux artistes. Nous ne faisons pas de feux d’artifice et nous ne faisons pas trop d’animations parallèles, comme dans de nombreux festivals. Nous pensons vraiment que si vous avez la base absolue qui vous convient, c’est tout ce dont vous avez besoin pour vivre une véritable expérience de festival.

Sweetlife: Qu’est ce qui vous rend le plus fier aujourd’hui dans ce festival?

Steven: Que nous avons réussi à construire tout cela sans expérience ni argent. Nous sommes venus jusque-là avec un dévouement de 10.000%, on a beaucoup appris tout le long de la route en étant vraiment têtus. Nous sommes juste une bande de fous passionnés qui proposent  un festival comme nous le souhaiterions. Sans faire trop de compromis. Pour moi, c’est notre plus grande réussite.

Sweetlife: Cette année encore c’est une grosse programmation que vous nous proposez-là. Pour toi quel artiste tu veux surtout pas manquer?

Steven: Il y a tellement de choix. Beaucoup de mes artistes préférés jouent cette année. Je suis particulièrement impatient d’écouter Orphx et  Cassegrain pour leur live de 3 heures et pour Blawan qui fera le closing de la scène Possession et aussi celui de Hadone pour le closing de la stage Rotor.

Sweetlife: Après 5 éditions, qu’est ce que vous retenez de cette aventure?

Steven: Ce qui me fait toujours sourire et me fait sentir très chanceux, ce sont tous les volontaires qui nous aident à construire Voltage Festival. Cela a commencé avec beaucoup d’amis proches et de parents, mais maintenant, ils viennent du monde entier. Il y a des gens qui prennent des jours de congé pour venir aider et construire le festival. Les personnes qui aident à promouvoir le festival toute l’année. C’est parfois surréaliste et je suis très reconnaissant de voir et de ressentir ce genre d’aide et de gentillesse.

Merci beaucoup Steven pour le temps accordé, on se voit au festival 🙂

 


– English version –

A few days before the Voltage festival, we met Steven Van Belle a.k.a. Parallel Circuit, founder of Voltage Festival and DJ.

Parallel Circuit is the founder and label manager of Form and Function. A Belgian label responsible for the debuts of artists like A. Brehme, Kafim, Atis and more. Next to that, he’s also the founder, head organizer and booker of Voltage Festival. Voltage is one of the country’s biggest techno gatherings, welcoming ravers from all over the world and giving a stage to techno in all its subgenres. Voltage recently also launched its own label, welcoming some of the biggest names in the scene next to bright and young upcoming global talents.

Hello Steven, thanks for your time according 🙂

Sweetlife: At the beginning why did you want to create the Voltage Festival?
Steven: For two very simple reasons. The first one being the lovely place where we hold our festival : Transfo Zwevegem. This place is as industrial as it gets. When I first visited it I knew right away that I wanted to organise a festival here. The scenery is so nice that we actually need to do very little in terms of decoration as the place is so beautiful already. I still get goosebumps every single time I visit the place.

Second reason was that as a techno and hard and dark music lover I had no festival that offered what I wanted to hear and see in Belgium. The two together made it very obvious that I needed to start a festival there and then.

 

Sweetlife: Tell us about the history of this amazing location. How did you come up the idea to make an festival within the old electric centrale at Zwevegem?

Steven: Back in 2013, I started with the Ohm radio show on a local station and not much later me and a friend wanted to host our first events too. We were supposed to throw the first one in a hangar that was owned by my friend’s family. Apparently, he didn’t tell his parents – and they found out a couple of days before the event. At this point we had already put a fair amount of our personal savings in this project, so we had to look for a new location with extremely short notice. Luckily, things worked out in the end as we were able to host that party at the Transfo site (the current location of Voltage Festival, ed.). I was in love with the location. From that moment onwards, I felt like I wanted to throw a proper festival there someday.

A year later we handed over our formal festival plans to the city council, but we were too late. Another promoter had already eyed this spot before us and we had to let our dream go. After a few months, it turned out that promoter had dropped his plans to host a festival on this location because he deemed it wasn’t big enough for his plans after all. Size wasn’t an issue for us. On the contrary, a festival of relative small scale was something that’s severely lacking in Belgium at the time. The city of Zwevegem was on board and they have been supporting us ever since the first edition of Voltage Festival in 2015.

 

Sweetlife: Today, Voltage Festival celebrates it 5th birthday. What is the stake this time?

Steven: To celebrate our five years of existence we released a special 4×12 inch vinyl compilation with artists like 999999999, Shlomo, Phara, Orphx, Inigo Kennedy and much more. It marks the start of our very own Voltage label of which you will hear plenty more in the future.

As for the festival we’re going to build further upon the foundation we’ve set last year. We changed a lot to the festival and started everything from scratch. The reactions were super positive so we’re not going to throw everything out of the window again. The stages will be a little big bigger, we’ll make a lot of small upgrades that should improve the overall flow and experience of the festival.

And of course, we have our best line-up to date to celebrate in style.

 

Sweetlife: The novelty this year is the stage hosted by Deep In House crew, also founder of the Brussels club C12, and Possession, parisian crew, famous for their warehouses. How was the decision made to host the stage with Deep In House?

Steven: I’m a frequent visitor of C12 and I love the place a lot. We share a lot of common vallues and as i wanted a stage with more deeper and psychedelic techno they were the most obvious choice by far. I’m happy to have them on board as they’re one of the few in Belgium daring to take risks and daring to bring something different. I respect them a lot.

 

Sweetlife: Why did you choose to give to include Possession in your organization?

Steven: Just as with Deep In House we share a lot of the same vallues. Possession is raw and hard raving. It goes back to the very essence of techno music. As we attract a lot of French visitors we felt it was only natural to also invite a French crew to host a stage. As possession is the biggest and boldest rave in France they were our number one favorite to invite. We’re very happy they’ve said yes and will do their very first festival hosting ever at Voltage Festival. It’s bound to be something special !

 

Sweetlife: Is Belgium in very important part in the festival industrie?

Steven: I think we’re very spoiled when it comes down to festivals. We’re a super small country but we’ve got some of the world best known festivals with obvious choice Tomorrowland but also festivals like Dour, Pukkelpop, Rock Werchter, Extrema Outdoor and some ncie smaller festivals like Paradise City, Meakusma and HORST have stood up in recent years.

We surely have a few festivals who have an importance in the global festival industrie and who are trend setters in their own way.

 

Sweetlife: What is Voltage really about?

Steven: It’s about the essence of raving. It’s all about enjoying the music and discovering new artists. We don’t do fireworks and we don’t do too much side entertainment like at a lot of festivals either. We really think that if you just get the basic absolutely right thats all you need to have a proper festival experience.

 

Sweetlife: What is your biggest accomplishment about this event?

Steven: That we managed to build this with literally no experience nor money. We’ve come this far with 10.000% dedication, learning a lot along the road and being really stubborn. We’re just a bunch of passionate ravers who are bringing a festival like we would like it to be. Without making too much compromises. For me that’s our biggest achievement.

 

Sweetlife: This still year, it’s a big line-up promise to. For you, who’s the artists you really need to see?

Steven: There’s so much to chose from. A lot of my favorite artists are playing this year. I’m particularly looking forward to Orphx and Cassegrain their liveset, Blawan’s three hour closing set at the Possession stage and Hadone’s closing set at the Rotor stage.

 

Sweetlife: After 5 editions, what do you remember from this adventure?

Steven:What always makes me smile and makes me feel very lucky are all those people who help us build Voltage Festival volunteerly. It started out with a lot of close friends and relatives but now they come from all over the world. You have people taking days off at work to come help and build up or build dow the festivaln. People who help to promote the festival year round. It’s surreal at times and I’m so grateful to see and feel this kind of helpfullness and kindness.

Thank you very much Steven for your words, see you at the festival 🙂

*Interview réalisé par Eugène Verbeke, traduction et mise en page Justine Perry

Infos:

Voltage Festival
Tickets
Parallel Circuit Souncloud
Parallel Circuit Facebook Page