C’est totalement perdu dans les montagnes entre Andorre et Barcelone que le Paral.lel festival fêtait sa 4ème édition du 30 août au 1er septembre dernier.  Musique, nature et intimité, voilà ce qu’il faut retenir de ce festival unique en son genre.

La programmation du Paral.lel a la particularité de naviguer entre musique ambiante, expérimentale et techno hypnotique. Ceci ravira les adeptes des labels devenus incontournables dans ce domaine comme Hypnus, Semantica, Silent Season ou encore Spazio Disponibile pour ne citer qu’eux.

Amoureux des expériences communautaires, ce festival est pour vous!  Avec seulement 1 000 tickets en vente, cette année le Paral.lel était sold out en seulement quelques semaines après l’annonce des premiers noms. 

3 jours de musique où se sont relayés les artistes les plus pointus de leur temps avec une plage horaire de 3h minimum pour les DJ Sets, ce qui laisse pleinement le temps de s’exprimer pour chaque artiste.

On compte parmi eux cette année Svreca, boss du label Semantica, Donato Dozzy, qui nous offrira un closing incroyable sous la pluie, Refracted et Adiel qui ont tout deux fait un set adapté et surprenant, sans oublier le live de Crossing Avenue et de Rrose qui ont fait l’unanimité.

Notre épopée commence le vendredi 30 août. Nous prenons une navette affrétée de Barcelone pour le festival. Nous nous rendons compte rapidement que l’on s’enfonce dans les montages et profitons de paysages magnifiques avec une vue à couper le souffle, entre villages totalement abandonnés, montagnes, forêts et lacs immenses.

A ce moment là, l’expérience Paral.lel commence.

Après 2H30 de trajet, nous voilà sur le site. On récupère les bracelets puis nous faisons un tour rapide du camping. Les tipis sont montés et nous donnent déjà la sensation d’être en paix. 

Nous rejoignons la scène qui se trouve un peu plus haut avant de nous poser devant le premier artiste: Huerco S.
Il est 18h, on sympathise déjà avec le public. Le son va un peu fort à notre goût pour le peu de monde déjà présent, mais il y a une ambiance de fraternité qui nous donne une bonne impression pour la suite des événements.

Petit à petit, le site se rempli et les prestations s’enchaînent. La nuit tombe, la scène très peu éclairée laisse place à un VJING projeté sur les arbres réalisé cette année par l’artiste Sasha Smirnova. On retiendra le live très trippant de Crossing Avenue et le closing de la première journée par Svreca, un peu plus décevant… avis partagé avec les festivaliers avec qui l’on a pu discuter.

A 3h du matin, l’artiste espagnole finit son set par un classique de la musique classique. Il est 3h déjà.. Le festival est fini pour aujourd’hui. 

Le lendemain, nous arrivons vers 18h quand le local Refracted commence son set. C’est la 5ème fois que l’artiste espagnole mixe à cet événement. Avec un set très progressif et la pluie qui commence à tomber et à ne plus s’arrêter, la scène se rempli de plus en plus. L’artiste finit son set acclamé par le public. C’est ensuite la jeune Adiel, résidente du club Goa en Italie qui reprends le flambeau pour 4h avec un set très rythmé où l’on a pas le temps de s’ennuyer!

L’américain Mike Parker viendra clôturer cette belle journée… Ce rouleau compresseur de la techno nous impose littéralement une leçon de musique sans précédent. Probablement notre prestation préférée du festival !

Le lendemain, le festival finira officiellement à 20h avec le closing de Donato Dozzy que nous n’avons rarement vu aussi heureux ! C’est sous une pluie battante et dans une ambiance indescriptible que ce maître du vinyle clôture le festival. Pour la peine, il rallongera de lui-même et pour notre plus grand plaisir, son set de quasiment 1h.

A noter également, le festival propose différents workshops, parfois animés par des artistes eux-même comme le duo Wanderwelle, permettant aux plus téméraires d’assister à des cours de musique électronique et aux plus curieux d’en découvrir une nouvelle facette. C’est le petit « plus » du festival qui offre aux amoureux de la musique une expérience complète et formatrice en tout point.

Les +

  • L’intimité du festival limité à 1000 personnes, nous donnant la possibilité de rencontrer des gens et de créer des liens
  • Un public incroyable très impliqué dans le monde de la musique
  • Le site du festival qui est tout bonnement incroyable et ressourçant 
  • Les workshops que le festival proposait tous les matins sur le thème de la production musicale

Les – 

  • Certains diront un manque de lumières sur la scène une fois la nuit tombée
  • Un système de Cashless non remboursable
  • Les soirées finissant un peu tôt (le vendredi à 3h, le samedi à 5h, le dimanche à 20h)
  • Des food-trucks un peu chers ( 7€ pour le moins cher, 12€ le burger… sans frites)

 

Crédit photo: Eugénie Verbèke