L’Amsterdam Dance Event (ADE) revenait pour la 24ème fois dans la capitale néerlandaise avec 5 jours et 5 nuits de clubbing, festivals, networking, conférences et débats autour de la musique électronique.

Parmi les 14 évènements que nous avons eu la chance de découvrir, dont certains affichant complet depuis plusieurs mois, nous avons sélectionné nos meilleures surprises dans tous les domaines en terme de qualité, d’originalité, d’ambiance, etc.

 

#1 évènement gratuit : ADE Hangover

Parmi le milliers d’évènement organisés dans le cadre de l’ADE, il en existe des centaines gratuits qui n’ont pour autant rien à envier à leurs homologues payants. Il est donc tout à fait possible de profiter des 5 jours du festival sans dépenser le moindre centime en ticket. Attention cependant, cela nécessite un peu plus de recherche et parfois beaucoup de réactivité pour intégrer ceux qui nécessitent une inscription.

Le meilleur exemple cette année est pour nous l’ADE Hangover, festival dans le festival qui fait office de cloture des 5 jours d’hostilités le dimanche jusqu’à 23h. Organisé dans les « murs » du célèbre « Into the Woods » dans le quartier de NDSM, le festival propose 4 scènes couvertes avec chacune une ambiance bien particulière. Entre la ferme futuriste remplie d’éclairage LED jusqu’à la tente de hippie et son énorme  système son Danley, en passant par la cabane façon mini boîte de nuit où se succèdent des tracks de hardcore hollandais, difficile de ne pas trouver chaussure à son pied.

 

#1 Club : De Marktkantine

Placer un club au dessus des autres est un exercice périlleux tant la ville foisonne de boîtes diverses et variées. Toutes ont leur identité propre, leur ambiance, leur programmation et leur public.

Cela fait tout de même quelques années que nous avons un penchant plus prononcé pour le club De Marktkantine, situé dans une ancienne cantine construite en 1936 pour les commerçants du marché voisin.

Parfaitement rénové en conservant son côté industriel, le club dispose de deux salles pour une capacité totale de 2000 personnes et est fréquenté majoritairement par un public local et plutôt âgé (aux alentours de 30 ans). Niveau matériel, les deux salles sont équipées par un système son Danley (voir ci-après) et les lumières ne sont pas en reste avec une multitude de machines parfaitement synchronisées par l’ingénieur lumières. Côté pratique, les visiteurs peuvent déposer eux-même leurs affaires dans des lockers à disposition dans le couloir avec une simple pièce de 2€ et les consommations sont abordables (3€ le demi).

#1 Système son : Danley

Le très grand nombres de lieux et soirées diffusant de la musique électronique crée une compétition positive entre les organisateurs. Ainsi, en plus de faire la chasse aux meilleures artistes (que ce soit mainstream ou underground), les lieux rivalisent également sur le plan technique et notamment sur la qualité du système son proposé.

Cette année, nous avons remarqué la multiplication d’un système son qui se fait reconnaître aussi bien à l’oreille qu’à la vue : Danley.

Dès les premières secondes d’écoute, on remarque la précision du système avec des basses rondes et des aigus très clairs et pas trop claquants comme ça peut être le cas sur du Funktion One. Les médiums sont également mieux retransmis : la voix ou les instruments sont parfaitement amplifiés.

Niveau esthétique, ses traits rappellent un mélange entre VOID et F1. Comme sur ces deux marques les systèmes sont souvent utilisés en points source. Pas de banane suspendue donc mais de nombreux hauts parleurs disséminés en relais ou aux 4 coins de la salle.

Nous avons pu profiter de ce système au SkateCafe ainsi qu’à De Marktkantine.

 

#1 Lieu alternatif : SkateCafe

Amsterdam compte de très nombreux « tiers lieux », ces endroits aux usages multiples qui accueillent aussi bien des résidences d’artistes, des bars, restaurants, espaces de coworking… et se muent souvent en club la nuit tombée.

Photo : auteur

Notre préféré est de loin le SkateCafe, un skate parc ouvert par quatre amis dans le nord d’Amsterdam. En plus de la rampe à disposition, un excellent restaurant et un bar chaleureux accueillent les visiteurs. Un grand espace extérieur et même un city sont accessibles. Le soir, le lieu se transforme en salle de concert avec une programmation underground, sold out en avance cette année. Vous pouvez voir notre vidéo du passage remarqué de Cera Khin à la Boiler Room.

 

#1 In store session : Mary Go Wild

L’ADE est l’occasion rêvée pour les marchands de disques de mettre en avant leurs bacs devant les 400 000 aficionados de musique électronique venus de 146 pays différents. Il est donc très fréquent de passer devant l’une de ces boutiques, très répandues dans la capitale, affichant le fameux drapeau jaune indiquant qu’un événement ADE a lieu à cet endroit.

Parmi ces évènements, nous avons sélectionné ceux organisés par Mary Go Wild, disquaire bien connu pour ses « Basements Rave » organisés spécialement pour l’ADE depuis 2014. Ses atouts ? Une cave, un système Funktion One, des bières gratuites régulièrement tendues par des bras amicaux. Victime de son succès, les raves qui accueillaient des pointures comme Slam, Dubfire, Dense & Pika, Enrico Sanguiliano… arrivaient à saturation avec peu de turn over dans la cave et une queue qui atteignait plusieurs heures d’attentes.

Photo : auteur

Cette année, fini donc les raves dans la cave voisine sombre. A la place, des « Breakfasts Sessions » retransmises en live sur leur page Facebook de 8h à 12h avec croissants et bloody mary offerts, ainsi que des Instore Sessions plus classiques dans la cave lumineuse de leur magasin. L’ambiance reste survoltée et amicale, les gros noms sont toujours au rendez-vous (un B2B entre Chris Liebing et Charlotte de Witte, un set de Jennifer Cardini ou encore de Secret Cinema…). Les bacs remplis de vinyles d’occasion et les vieilles photos de DJs hollandais se chargent de faire le reste de l’ambiance de ce lieu chaleureux qui devient rapidement un remède contre la grisaille extérieure.

 

#1 morceaux

Sur les 75 heures de musique écoutées cette semaine, sélectionner un seul meilleur morceau est impossible. Alors parmi la vingtaine de titres devinés par notre Shazam ou prises en photo directement sur les CDJs, voici ceux qui nous ont fait le plus vibrer :

Titre : Fly Over the Woods

Artiste : Bryan Matthz

Joué par : Man With No Shadow

À : NDSM Sessions


Titre : Juice

Artiste : Reform

Style : Techno

Joué par : Tahko

À : KNTXT closing @ Mary Go Wild


Titre : From Here to Eternity (Cambis & Wenzel & Oliver Deuerling Tribute Mix)

Artiste : Giorgio Moroder

Style : Techno

Joué par : Amine K

À : CLICK Records @ Oosterbar


Titre : Ghost Trance

Artiste : David Kochs

Joué par : Nico Morano

À : CLICK Records @ Oosterbar


Titre : Crescent View

Artiste : Ed Ed

Joué par : Nico Morano

À : CLICK Records @ Oosterbar

Photo à la une: De Marktkantine